Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 14:33

   Cosmicman-bandeau


     De sa véritable identité Grégoire du Pontabre, Cosmicman est à la ville un vicomte oisif et playboy, qui en secret  revêt chaque nuit l'armure étoilée du vengeur Cosmicman. Cette armure magique, il l'a trouvée dans soucoupe volante qui s'était écrasée sur ses terres par une nuit d'orage. Elle lui confère le pouvoir de voler et une force quasi illimitée.
Dès lors, il n'aura de cesse de combattre le crime qui se manifeste le plus souvent sous la forme de politiciens véreux, de gangs malfaisants, et de terroristes de tous poils.

C'est pour le compte de la défunte S.E.B. (Société d'Editions Bretonne), et ancêtre des éditions ROA, que John King crée initialement ce super-héros fin 1945, sur des dessins de "Guennec".

6 siècles après le Chevalier Panache, et 30 ans avant Superdupont, Cosmicman est LE croisé pourfendeur de l'anti-France ! (On notera au passage un goût tout particulier de John King pour les héros d'ascendance noble : avec le Duc de Brume et le Comte de Panache, c'est en effet le 3ème sang-bleu des éditions !)


strip-Cosmicman.jpg
Toute première planche de Cosmicman - On admire la concision de la narration !


 - Moins angélique que Superman, et ses autres collègues américains, ce personnage s'inscrit plutôt dans la sombre lignée de Fantax, des Français Marcel Navarro et Chott (1946), et des personnages italiens Satanik et Diabolik.
L'influence de Fantômas, et des pulp américains comme le Shadow ou the Spider imprègne cette série d'un parfum de violence qui compliquera sa publication, jusqu'à se voir interdire en 1949, année où est votée la célèbre loi sur la protection de la jeunesse.

Dès lors, la France y est soumise et elle fera quelques célèbres victime, parmi lesquels les super-héros de Stan Lee, et conduira à l'arrêt des revues Fantask et Marvel à cause... des Quatre Fantastiques !


 " L'Avis de la Commission de Censure sur les Publications destinées à la jeunesse rendra l'avis suivant au sujet de Fantask : « Cette publication est extrêmement nocive en raison de sa science-fiction terrifiante, de ses combats de monstres traumatisants, de ses récits au climat angoissant et assortis de dessins aux couleurs violentes. Et l'ensemble de ces visions cauchemardesques est néfaste à la sensibilité juvénile. »


couv-cosmicman.jpg 
Cosmicman n°1 - oct.1952 - (couverture : Duvalli) - On notera au passage la symbolique phallique du héros et du canon !




   Cosmicman est un personnage violent (il pratique parfois la torture!), qui s'adoucira au fil des ans pour échapper à cette censure. Il renaîtra ainsi en 1952 dans un mensuel baptisé Action (pour tromper l'ennemi?).

Cet adoucissement continu est pourtant ce qui causera véritablement la fin de la série, puisqu'elle s'arrêtera au bout de 323 numéros, en août 1979, alors que la jeunesse de France est en pleine fièvre Marvel. Le ton quasi poujadiste du personnage, et qui émaille souvant les scénarii de John King (voir : Panache !), n'était certainement plus en phase avec les idées de la jeunesse française des années 70. La rédaction prétextera d'ailleurs à ce propos "une concurrence déloyale avec les traductions de matériel américain".
Comme disait Harvey Kurtzman, le génial créateur de MAD :
                    " Le succès a souvent plusieurs pères. Seul l'échec est orphelin!"

Restent les splendides couvertures de Stéfano Duvalli, et quelques splendides planches signées Josh Square, Santi Diaz-Lage ou Robert Cochard.

Fans de Fantax, notez que le petit fils du dessinateur Chott a lancé une souscription pour rééditer la mythique série dessinée par son grand-père: http://www.editionchott.com/



Partager cet article

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans ULTRA-HEROS (Cosmicman...)
commenter cet article

commentaires

Zaitchick 01/04/2010 19:09


A propos de l'habituel couplet, "les comics américains, c'est de la propagande anti-coco", il est bon de rappeler que la première aventure de Tintin se passait au pays des Soviets et de recommander
la lecteur de l'ouvrage Le Petit Nazi illustré de Pascal Ory. Par ailleurs, Vaillant, le Journal le plus captivant puis Pif Gadget ne se sont pas gênés non plus pour faire de la propagande.


Zaitchick 01/04/2010 18:59


Merci pour les compliments, cher Alain, mais vous pouvez arrêter le tir de barrage. (Il faut en garder pour plus tard.)

A propos de Superman, il est clair qu'il est, à l'image de ses créateurs, un émigré. Il vient simplement d'une terre plus lointaine... où l'on pratique une religion monothéiste (Le culte de Rao),
respecte des lois écrites et où le peuple choisit ses gouvernants. (Superman est une création collective et de nombreux auteurs y ont apporté leur contribution.)

Au final, il a été élevé dans une petite ville rurale (Smallville) où on lui a inculqué des valeurs morales et l'humilité et il vit dans une grande ville (Métropolis) où il exerce un métier de col
blanc en rapport avec la recherche de la vérité (journaliste).
Un modèle de citoyen citadin intègre et intégré dans une société capitaliste ordonnée... une fois passés ses errements de jeunesse (lorsqu'il était encore mal défini): il est bon croyant,
respectueux des institutions et de la vie, travailleur modeste et prude - il n'a pas de sexe, c'est un ange - jusqu'à son mariage.

Et c'est surtout un personnage positif. Il arrête les criminels mais ne juge pas et ne punit pas (sauf une fois, merci John Byrne !)


Zaitchick 29/03/2010 20:44


Jean-Paul Sartre voyait dans Cosmic Man "un exemple de la menace du dérèglement psycho-pathologique induit par le comic book au service de l'impérialisme américain dans la psyché de la jeunesse
française."
(sic.)


Alain Chevrel 01/04/2010 17:27



Bravo à Zaitchik, véritable volcan intellectuel de l'Auvergne et docteur-ès petit format !


Dans le numéro 1 de la nouvelle série du magazine Comic-Box, Xavier Fournier consacrait un article très intéressant sur le rapport entre Sartre et les Super-héros, à une époque où
l'anti-communisme primaire le disputait à l'anti-américanisme de même calibre.


Entre autres mauvais procès faits aux comics, le père de l'existentialisme publiera en 1949 dans son journal "Les Temps Modernes", un article de Gershom Legman, présentant Superman
comme étant antisémite, puisque faisant l'apologie des héros "à nez droit", contre des ennemis "à nez crochus". Il devairt ignorer alors que les créateurs de Superman étaient eux-mêmes juifs, et
qu'une partie du folklore de Krypton est basé sur la tradition hébraïque !



Qui Suis-Je ?

  • Alain Chevrel
  • né en 1947 (début officiel de la guerre froide, et de la fameuse affaire Roswell), je suis un enfant de l'histoire et de l'imaginaire.
  • né en 1947 (début officiel de la guerre froide, et de la fameuse affaire Roswell), je suis un enfant de l'histoire et de l'imaginaire.

Archives