Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 17:15

 

 

Byver-bandeau.jpg

 

 

Pas de demandes personnelles cette semaine ? Alors je vais vous parler d'une série encore non traitée ici.

 

 

Scénario : John KING

Dessin : Antoine MENARD (source : Gilles Horse)

 

A l'instar des éditions LUG (Blek le Roc), puis Monjournal (Capt'ain SWING), deux séries similaires créées par le même trio d'auteurs italiens, les éditions ROA ont aussi connu leur heure de gloire avec un héros américain opposé aux troupes anglaises pandant les guerres coloniales : Jacques BYVER !

 

Créé en 1953, dans le numéro 1 du magazine éponyme, le personnage de BYVER est un homme qui cherche à vivre en paix dans son petit coin de terre, an bon voisinage avec les tribus indiennes locales. Sa femme est d'ailleurs une squaw et avec qui il a eu un fils (pas de nom précisé).

 

Mais la guerre, dûe à l'inextinguible soif de conquêtes des souverains d'Europe va le rattraper (air connu). Sa femme et son fils seront tués, et sa ferme brûlée. Le gentil colon Français Jacques de la Rivière (Jacques By the River), va devenir celui qu'on appelera désormais par contraction Jacques BYVER, La terreur des Tuniques-Rouges. Il errera dans la forêt avec une bande d'insurgés qui le suivront comme chef, sur le même modèle que les célèbres loups de l'Ontario. Sa bande à lui porte un nom tout aussi évocateur "les racoons " (ratons-laveurs en français - carnassiers nocturnes).

 

 

couv-Byver.jpg

 

Le personnage tient à la fois du personnage de Hawkeye de Fennimore COOPER (Le Dernier des Mohicans), du héros du film douteux "The Patriot" avec Mel GIBSON et du WHITE INDIAN de Frazetta.

Dans son FORT WHEELING Hugo Pratt mentionnera un personnage très proche de BYVER : Un tueur d'Indien vengeur effrayant nommé LEW WETZEL. Ce personnage réel a-t-il aussi influencé KING ? C'est bien possible.

 

 Plus sombre que les séries sus-citées, Byver se rapproche du personnage du Sergent Rock tel que dépeint par Joe KUBERT : un homme sombre animé par la vengeance. Alors, pour alléger cette gravité du ton, un jeune comparse lui sera adjoint en la personne d'un jeune indien rescapé lui aussi du massacre de sa famille, et en qui Byver trouvera un fils de substitution autant qu'un clown et un allié précieux (quand il ne se fait pas kidnapper).

 

 

 

byver

Dessin original de la couverture du numéro 2 (oct 1953) - signé Sécaud sur la version couleur imprimé (cf plus haut), et à qui l'on doit quelques-unes des plus remarquables couvertures de PANACHE de la même époque.

 

 

Dans les années 70, Byver amorcera définitivement un virage moins torturé. Il se verra même adjoindre une jeune femme blonde du nom de Rachel (symbole d'un appaisement envers ceux qu'il aura appelé pendant près de 20 années "les chiens Anglais"), et avec qui il se mariera à la toute fin de la série en 1983.

 

- Une anecdote toute personnelle me revient inmanquablement à l'esprit quand je pense à Jacques BYVER  : Mon neveu qui lisait furieusement mes illustrés ROA dans les années 80, et notamment celui-ci, confondait le héros de télé qui faisait alors fureur Mac GYVER : Les deux personnages avaient en commun de vivre en parfaite osmose avec leur environnement... et la prononciation de leurs noms étant sensiblement la même, mon neveu s'est donc longtemps imaginé que l'un était une sorte de descendant du premier !

 

Tout de même : Ca tient à peu de choses, de se faire un panthéon tout personnel de héros !

 

A vendredi prochain.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans BYVER
commenter cet article

commentaires

Mathieu 18/06/2010 18:59



C'est trop beau, on aimerait qu'elle soit vraie... Euh, je voulais dire : On aimerait qu'elle soit vraiment dans notre bibliothèque !


Bravo, "Alain"!



Alain Chevrel 20/06/2010 16:24



Mathieu,


Je vois bien ce que vous voulez dire : moi ça me fait ça avec pas mal de numéros des éditions ROA, notamment le numéro 28 de Drakkar (mort du frère de Günnar).



Zaitchick 10/04/2010 10:53


Merci pour ces précisions Alain.
Au passage, je trouve le trait de Sécaud, sur cette couverture, très "kubertien".


Zaitchick 09/04/2010 21:34


cher Alain.
J'étais, je l'avoue plus Captain Swing que Blek le Roc ou Jacques Byver. je me suis néanmoins intéressé à quelques aventures de cet "indien français" et j'ai été surpris de constater qu'à l'instar
des Mystères de l'Ouest, certains récits s'orientaient vers des ambiances fantastiques (un épisode avec un loup-garou ! un vrai, un homme qui se change en vrai loup) voire anachroniques (Byver se
retrouve au Mexique traquant l'or de Montezuma - une idée reprise d'aileurs dans Jim Colt où le shérif est associé à son corps défendant à des déserteurs français du corps expéditionnaire de
Napoléon III ! - et John King se permet de faire le lien avec l'histoire de Byver : on retrouve le même personnage de la reine immortelle, un emprunt à She de Rider-Haggard, à la tête de la même
tribu aztèque.) Obsession de King ou volonté de créer un univers commun à ses différents personnages ? Lui seul le sait.


Alain Chevrel 10/04/2010 09:40



Bravo Z !


En son temps le héros du Far-West  Zagor a aussi affronté un véritable loup-garou, comme quoi, western et lycanthropie font plutôt bon ménage dans les PF (YUMA
199 - mai 1979). Quant au "cross-over" Colt/Byver... on peut citer sur le même modèle la non moins fameuse rencontre Blek/Capt'ain SWING : Dans le numéro 265 " La Sagesse de Celui qui Sait
".


Concernant vos suppositions, je crois pour ma part que John King avait une idée derrière la tête : tout laisse à penser que la récurrence des thèmes : Culte de Crocodiles dans Günnar, puis dans
BRUME début XIX ème, idem quelques décennies plus tard dans Colt, et enfin face au très contemporain Cosmicman. Soit il réutilisait des mêmes trames déjà nommées... soit il avait un
plan précis (l'ensemble des séries n'étant que le moyen sous-jacent de raconter quelque chose d'autre... de plus occulte !   Ou alors plus simplement, King n'aurait été qu'un pauvre
type qui, à la manière d'un Lovecraft névrotique, projetait inconsciemment ses terreurs qui prenaient inévitablement corps dans une organisation diabolique qui traverserait les siècles sans
jamais disparaître.


Mais King étant mort, et comme vous le dites très bien : Lui seul le sait et le saura jamais.



Qui Suis-Je ?

  • Alain Chevrel
  • né en 1947 (début officiel de la guerre froide, et de la fameuse affaire Roswell), je suis un enfant de l'histoire et de l'imaginaire.
  • né en 1947 (début officiel de la guerre froide, et de la fameuse affaire Roswell), je suis un enfant de l'histoire et de l'imaginaire.

Archives