Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 11:03

 

 

ROA-bandeau.jpg 

 

Formidable, Zaïtchik !

Non content de porter le nom d'une des séries des éditions ROA que je traiterai prochainement, il relève des particularismes d'écriture de John King qui honore ce fan rigoureux.

(Son travail est ici : http://www.forumpimpf.net/viewtopic.php?f=1&t=17979 )

 

  

Bravo pour le rapprochement entre les deux mêmes répliques attribuées à deux personnages différents ! "- Tu es fidèle, mais tu nous les casse trop." (SOS 117) - et "- Tu es fidèle mais tu casses trop !" (GORAK).

 

  

gorak-01.jpg

  Je publie l'envoi de ZAÏTCHIK, une planche de Gorak que je ne dois pas avoir dans ma collection, et j'y ajoute ci-dessous la fameuse case parue dans le numéro 127 de SOS 117 qui s'y rapporte (1973)  :

 

sos-117-case.jpg

 

Il semblerait en effet que King s'amusait à recaser des bouts de dialogues dans la bouche de différents héros, en différents contextes. Si l'on y regarde de plus près : les dialogues de la planche de Günnar (chronique du 16 avril), sont quasiment mot pour mot les mêmes... que celle du Duc de Brume (chronique du 27 avril). Idem pour une planche de Zanthar 204 (chronique du 10 mai), et une de Jim Colt (chronique du 8 mai). Que dire alors de l'étonnante récurrence de texte entre la première planche de cet épisode de Skull (chronique du 16 avril), et celle du sergent Gâchette (chronique du 22 janvier 2009) ?

 

Une sorte de jeu de contrainte artistique, précurseur du fameux OUBAPO (le pendant en bande dessinée de l'OULIPO), ou simple résultat d'une technique pour "pondre" du scénario plus rapidement ? Nous sommes sans réponse... Et sans voix !

 

A vendredi.

 

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans Les éditions
commenter cet article
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 17:15

 

 

Byver-bandeau.jpg

 

 

Pas de demandes personnelles cette semaine ? Alors je vais vous parler d'une série encore non traitée ici.

 

 

Scénario : John KING

Dessin : Antoine MENARD (source : Gilles Horse)

 

A l'instar des éditions LUG (Blek le Roc), puis Monjournal (Capt'ain SWING), deux séries similaires créées par le même trio d'auteurs italiens, les éditions ROA ont aussi connu leur heure de gloire avec un héros américain opposé aux troupes anglaises pandant les guerres coloniales : Jacques BYVER !

 

Créé en 1953, dans le numéro 1 du magazine éponyme, le personnage de BYVER est un homme qui cherche à vivre en paix dans son petit coin de terre, an bon voisinage avec les tribus indiennes locales. Sa femme est d'ailleurs une squaw et avec qui il a eu un fils (pas de nom précisé).

 

Mais la guerre, dûe à l'inextinguible soif de conquêtes des souverains d'Europe va le rattraper (air connu). Sa femme et son fils seront tués, et sa ferme brûlée. Le gentil colon Français Jacques de la Rivière (Jacques By the River), va devenir celui qu'on appelera désormais par contraction Jacques BYVER, La terreur des Tuniques-Rouges. Il errera dans la forêt avec une bande d'insurgés qui le suivront comme chef, sur le même modèle que les célèbres loups de l'Ontario. Sa bande à lui porte un nom tout aussi évocateur "les racoons " (ratons-laveurs en français - carnassiers nocturnes).

 

 

couv-Byver.jpg

 

Le personnage tient à la fois du personnage de Hawkeye de Fennimore COOPER (Le Dernier des Mohicans), du héros du film douteux "The Patriot" avec Mel GIBSON et du WHITE INDIAN de Frazetta.

Dans son FORT WHEELING Hugo Pratt mentionnera un personnage très proche de BYVER : Un tueur d'Indien vengeur effrayant nommé LEW WETZEL. Ce personnage réel a-t-il aussi influencé KING ? C'est bien possible.

 

 Plus sombre que les séries sus-citées, Byver se rapproche du personnage du Sergent Rock tel que dépeint par Joe KUBERT : un homme sombre animé par la vengeance. Alors, pour alléger cette gravité du ton, un jeune comparse lui sera adjoint en la personne d'un jeune indien rescapé lui aussi du massacre de sa famille, et en qui Byver trouvera un fils de substitution autant qu'un clown et un allié précieux (quand il ne se fait pas kidnapper).

 

 

 

byver

Dessin original de la couverture du numéro 2 (oct 1953) - signé Sécaud sur la version couleur imprimé (cf plus haut), et à qui l'on doit quelques-unes des plus remarquables couvertures de PANACHE de la même époque.

 

 

Dans les années 70, Byver amorcera définitivement un virage moins torturé. Il se verra même adjoindre une jeune femme blonde du nom de Rachel (symbole d'un appaisement envers ceux qu'il aura appelé pendant près de 20 années "les chiens Anglais"), et avec qui il se mariera à la toute fin de la série en 1983.

 

- Une anecdote toute personnelle me revient inmanquablement à l'esprit quand je pense à Jacques BYVER  : Mon neveu qui lisait furieusement mes illustrés ROA dans les années 80, et notamment celui-ci, confondait le héros de télé qui faisait alors fureur Mac GYVER : Les deux personnages avaient en commun de vivre en parfaite osmose avec leur environnement... et la prononciation de leurs noms étant sensiblement la même, mon neveu s'est donc longtemps imaginé que l'un était une sorte de descendant du premier !

 

Tout de même : Ca tient à peu de choses, de se faire un panthéon tout personnel de héros !

 

A vendredi prochain.

 

 

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans BYVER
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 10:29

sos117-bandeau---copie-1.jpg

 

 

 

A la demande de Zaïtchik, voici la couverture de SOS 117 n° 123 de mars 1973, et sobrement intitulée : "Tripes à l'air à Tripoli". Dans cette aventure en Allybie (!), Serge O. Sergent "SOS 117" fait face à un chef d'état psychopathe et sanguinaire (c'était une sorte de mode qui faisait alors fureur en Afrique, un peu comme les cols pelles à tarte au même moment chez nous), et qui ressemblait étrangement au jeune chef d'état de la Lybie : Mouammar Kadhafi.

Evidemment, le personnage fictif de cet épisode n'a rien à voir avec le jeune capitaine, alors nouvellement promu colonel et chef à vie de la Lybie. La preuve : il s'appelle Mohammed Sakhafianth. Rien à voir, donc.

 

Ne voyez pas non plus le moindre rapport entre quelques autres malfaisants affontés ici ou là par Serge O. Sergent, comme Doudou Amen Didi avec, par exemple, Idi Amin Dada (dictateur ougandais que le même Khadafi soutiendra en envoyant 3 000 hommes durant la guerre ougando-tanzanienne en 1978-1979).

 Aucun rapport non plus entre Bakassabl, le roi cannibale de l'épisode suivant... avec Bokassa, grand démocrate Centrafricain et (oh !) grand ami de Khadafi.

 

 

couv-sos1173.jpg

Si l'on ne savait pas que les petits formats ne se mêlaient jamais de politique... on pourrait presque croire que les auteurs faisaient référence à la situation de quelques pays d'Afrique de l'époque.. et qu'ils en appelaient de leurs voeux la foule à les chasser à coups de pierre dans le désert. 

 

 

 

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans ESPIONNAGE (SOS 117)
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 09:48



Survivant-bandeau.jpg

  Youpi ! C'est vendredi... et c'est le jour de la couv' ROA !

Nous avons déjà abordé par deux fois le destin hors-norme de cette revue ROA :  le SURVIVANT. Mais ce que nous n'avons pas encore traité, c'est la première série de ce titre. Comme de nombreux pockets Arédit, cette série au goût plutôt fantastique a connu plusieurs vies. En l'occurence 2.

   1 ère série : 1953 - 1973

Il y a eu deux séries mensuelles le Survivant publiées par les éditions ROA. La première a commencé en juin 1953 et s'est terminé exactement 20 ans plus tard au numéro 240. Ce mensuel au titre abstrait traitait principalement de fantastique, en y incorporant des éléments d'autres genres : Aventures Médiévales, Western, Policier et Humour, sans qu'aucune série ne se distingue particulièrement des autres.
Bien qu'elle n'ait jamais eu de succès, elle s'est toutefois maintenue, permettant aux jeunes dessinateurs de de s'y relayer aux commandes de récits complets, et de faire ainsi leurs premières armes avant d'intégrer plus tard des séries de longue haleine.
En 1973, les éditions ROA cherchent un moyen de relancer l'intérêt des lecteurs pour le titre, parmi les fondateurs, mais en irrémédiable perte de vitesse, et inventera à l'occasion le relaunch : Principe de reprendre une série souvent en perte de vitesse, à son numéro 1, en faisant table rase des événements ou d'une direction éditoriale peu réussie.
Le stakhanoviste Josh Horse qui aura souvent participé à sa réalisation, confirmera dans une interview au fanzine "Le Collectionneur de Petit Format" en 1972, que c'est bien John King lui-même qui avait eu cette idée qu'on attribue généralement aux américains. Le mois suivant, un tout nouveau titre "le Survivant", fait son apparition dans les kiosques.


couv-Survivant3.jpg
Dernier numéro de la série 1, avant l'apparition le mois suivant du "relaunch", avec un nouveau logo, un nouveau ton, et une série qui s'annonçait unique.



                    2 ème série : juillet 1973 - octobre 1973


Cette fois-ci, le nouveau titre le "Survivant" Prend le parti-franc d'aborder la science-fiction, et fait la part belle à la première série qui occupe à elle seule l'entièreté du  fascicule.
Cette fois-ci, le nom de Survivant est le titre même de la série, et fait probablement allusion à un personnage bien particulier de l'histoire, et qui devait en être le héros : Je précise bien "qui devait" en être le héros, car suite au décès de son créateur et scénariste John King, qui était également le seul à en connaître la destinée, l' histoire s'arrêtera sans fin, faisant rentrer de fait la courte série (4 magnifiques épisodes), dans la légende.

Créée en 1973, l'action se passe en France et proposait un postulat de départ intéressant : en l'an 2010, une armée extra-terrestre menée par son chef Ommor, trouve par le biais d'un enfant à l'imaginaire débordant, le moyen de franchir les distances infinies qui les séparent de notre monde pour envahir celui-ci. L'originalité de cette série tient dans l'idée que le gosse en question est lui-même un grand lecteur... d'illustrés petit format, le rapprochant de fait de ses propres lecteurs. Hélas, le décès en 1973 de John King nous empêchera de connaître quels étaient très exactement ses projets quant à la série. Seule l'ébauche de l'intrigue, et la présentation, certes farfelue, mais au combien séduisante du futur de 2010, dépeuplé d'humains est en soi un régal.






Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans ANTICIPATION (Le Survivant)
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 20:02

 

 

Drakkar-bandeau-copie-1.jpg

 


Ah oui : Il faut que je m'explique sur cette appellation de "couv du vendredi": un ami - Je tairai son nom pour ne pas lui attirer les foudres de son chef - m'a confié qu'il passait de temps en temps sur mon blog, comme ça, quand il est au travail et qu'il trouve le temps long.
Seulement... il m'a confié que la moitié des fois où il vient... il n'y a pas forcément de nouveauté à se mettre sous la dent.

"A force... je ne viens plus aussi souvent qu'au début. m'a-t-il dit, avant d'ajouter : "
Ce qui serait pas mal, c'est que tu publies des articles un même jour, chaque vendredi, par exemple. Généralement, j'en fous pas une au taf, et j'ai le temps de me balader sur la toile".

Et je lui répondit enthousiaste
: " Bonne idée, Eugène. Banco !"

Ainsi, cette couverture de Drakkar - signée d'un certain "
Pompetti" - inaugure une nouvelle tradition : "la couv du vendredi !"
Quant au choix " Encore une couv de Günnar ! ", diront certains, c'est tout bonnement parce qu'un certain Didier l'embrouille me l'a demandée suite au dernier article paru vendredi dernier !

Alors à vos claviers... et (sous réserve que votre demande figure dans ma collection), choisissez le numéro et la série que vous voudriez revoir et je choisirai laquelle je publierai au final.

couv-drakkar6-.jpg
"Günnar prend la pose" - Drakkar 71 (août 1959)


Dans ce numéro, comme me l'a justement décrit "Didier l'embrouille", Günnar se retrouve seul sur une île glaciaire, coincé entre un peuple de pirates cannibales... et leur divinité monstrueuse pour laquelle ils sacrifient des jeunes filles capturées sur les îles voisines. Le démon logé dans un volcan s'avèrera  être en réalité un monstre marin préhistorique, sans doute le dernier de son espèce.




Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans VIKING (Drakkar)
commenter cet article
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 17:10


Drakkar-bandeau-copie-1.jpg



J'avais juste envie de publier une couverture de Drakkar (la dernière remontait à il y a 6 mois), et outre d'avoir choisi le numéro d'il y a pile 50 ans, celle-ci n'a pas d'autre intérêt que d'être belle.

Grâce à internet, je peux néanmoins broder un peu sur le contexte de ce mois de mars 1960 : Visite de Khrouchtchev en France et mort de 6 marins Français dans un attentat de la CIA à Cuba.

"A bout de souffle" sort ce même mois, mais je ne tomberai amoureux de Jean Seberg que quelques années plus tard, quand je découvrirai le film dans un ciné-club.

 
couv-drakkar5

Pour l'heure, j'ai 12 ans et demi,  et je suis à fond dans les western. Je découvre aussi un film fantastique français qui me terrifie totalement : "Les Yeux sans visage" de Bernard Franju. Je me passionnerai un peu plus tard pour une revue mythique traitant du fantastique de 1962 à 1970, et fondée, entre autres, par Jean-Claude Romer et le regretté Pierre Boulet : Midi-Minuit Fantastique.

Mais je m'éloigne (l'âge sans doute) !

 

Ce mois de mars 1960, Günnar a perdu ses compagnons qu'il croit morts dans une tempête qui a vu son bateau se briser sur les côtes écossaises. C'est le début de la saga qui le confrontera au roi Picte Mac Cormak, avant de s'unir à celui-ci dans sa lutte contre l'envahisseur romain.

 

 

 

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans VIKING (Drakkar)
commenter cet article
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 20:00


-Tamulah-bandeau.jpg



Suite à la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, ces dernières se devaient de faire paraître entre deux séries en bande dessinée, des contenus à caractère pédagogique.

Nous sommes ainsi des millions à nous être désolés de devoir acheter des pages où étaient imprimés des choses pourtant parfois très intéressantes... mais qui nous privaient un peu du plein d'évasion que nous recherchions vraiment !

Quand elles le pouvaient les publications ROA profitaient de ces pages pour diffuser discrètement de la publicité pour leur propres personnages, aux côtés d'une information autrement plus sérieuse :



couv-Tamulah2.jpg
Elle provient de Tamulah n° 3 (sept. 1957). Couv de Josh Horse.




Dans l'exemple ci-dessous, un petit rappel sur le personnage féminin le plus sulfureux des éditions, la belle Ovidia... à côté du dixième anniversaire de la mort d'un personnage autrement  plus sérieux de la vie culturelle française d'alors : Un philosophe Kantien !



botul.jpg


Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans JUNGLE (Tamulah)
commenter cet article
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 22:44

Skull-bandeau-copie-2.jpg


Vive l'émission hebdomadaire de France-Culture "Mauvais-genre", qui vient de consacrer son émission de samedi dernier à la maison d'édition Elvifrance, à l'occasion de la réedition chez Delcourt du "Sam Bott" de Raoul Buzelli et de "Casino" de Frollo. Une heure de plaisir où il est question de fesse et de censure, et que je vous recommande chaudement !

- A propos de censure, un grand bravo à l'auteur de WikanulaR, qui a repris l'ensemble des articles consacrés aux éditions ROA et ses héros sur Wikipédia, articles qui venaient d'être supprimés par les administrateurs vigilants de l'Encyclopédie libre.

Ce défenseur anonyme des éditions ROA (sans doute contributeur de la première heure), a repris le flambeau de manière assez... audacieuse  (J'ai même emprunté à son site, les 3 planches de Skull qui illustrent cet article, et qui ressemble furieusement à une réponse du berger à la bergère) !

Pour ma part, j'ai changé tous mes liens anciennement adressés à la "libre encyclopédie"... vers cette autre forme de liberté : celle du libre-arbitre.


Alors même si Wiki reste très pratique par ailleurs, pour tout ce qui concerne ROA (et le sens de l'humour en général) :     
 
                     Wikipédia est mort, vive
WikanulaR !



strip-Skull2-.jpg


strip-Skull3


strip-Skull4-vieux.jpg

Planches 2-3-4 du numéro 2 de SKULL le Pirate.


- Graphisme étonnant (nous sommes en 1953!), et dû comme toujours à Michel Douguet, alors débutant.

On y trouve quelques caractéristiques (alternance de contre-jours, éclairages audacieux, alternance de traits surépaissis et ultra fins, raideurs de l'encrage comme reflet de la tension du moment), qui feront plus tard la marque de dessinateurs comme Breccia, Battaglia, Toppi, et plus proches de nous : Klaus Janson, Frank Miller ou Bill Sienkiewicz (période nouveaux mutants).

Dans les numéros suivants, Sir Peter Wood s'évadera de la sinistre prison pour regagner la côte, prendre un navire et mener la guerre qui le rendra fameux sur les 7 mers !

 

 

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans PIRATERIE (Skull)
commenter cet article
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 12:44

panache-bandeau2.jpg


 "Kastet" m'a laissé hier un commentaire  en forme de requête  à la suite de mon dernier article : Il me demande si je possède le n° 6 de Panache (août 1953).
Alors j'ai cherché (oh, pas très longtemps, car il est vrai que ces pièces, parmi les plus anciennes de ma collection Roa, sont rangées dans des petites boîtes à chaussures soigneusement étiquetées pour les protéger de la lumière), et j'ai trouvé !

L'aventure, un peu plus ésotérique que d'habitude, voit notre jeune chevalier affronter un ennemi "métaphysique", puisqu'il affronte une sorte de génie Ovühl (!) qui est une sorte de personnification de la fatalité.
Tel le sphinx, l'étrange créature lui donne une énigme impossible à résoudre sous la forme d'une sorte de rubbics-cube où forme et couleurs varient sans cesse au fil des humeurs de celui qui doit le résoudre !

Prince Valiant a en son temps lui aussi fait face à la mort elle-même dans ses premières aventures. Citons aussi sur le thème du cube mystérieux une histoire de Corben "Haut en Bas" (Vampirella 22) ou encore le cube du pouvoir qui fit courir en son temps Crâne Rouge et Captain America.

 

couv-panache4-.jpg 

             Et là, la lumière se fait dans mon esprit !

Le titre de l'aventure est "Le Casse-Tête d'Ovühl " !
Nous aurions donc ici peut-être l'origine du pseudo derrière lequel se cache un des plus actifs défenseurs de la mémoire des Petits Formats : Kastet serait en fait une référence à cet épisode ... Casse-Tête !
Alors là, chapeau, vous m'avez bien eu ! Vive l'art subtil de semer les indices !

(comme me disait ma mère : Tu comprends vite, Alain, mais il faut t'expliquer longtemps !)

Repost 0
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 13:36

ROA-bandeau.jpg

    - Réponse à un commentaire de Kastet suite à mon article sur John King  -

Merci, cher Kastet de m'aider à me réhabiliter ! J'avoue avoir été contrarié quand Laurent Lefeuvre m'a appelé hier matin. Il m'a en effet instruit d'un déchaînement à l'encontre de mon blog (et donc un peu envers moi-même), suite à la parution d'une interview où il se vantait d'avoir créé de fausses couvertures des éditions ROA, fausses couvertures réalisées pour illustrer les pages bonus d'un album à paraître au Lombard.

Voici d'ailleurs le lien vers son site, au moment où il filme l'impression de l'album. Si comme moi vous n'avez jamais vu une BD sortir du néant : c'est ici !

Revenons à nous, et à "l'affaire". J'ai été blessé, hier, quand j'ai appris que mon travail était taxé de gigantesque canular. J'ai très sérieusement pensé à tout simplement supprimer ce blog ainsi que son contenu, à la lecture du forum Pimf hier !


couv-zanthar5.jpg


Je me dois quand même néanmoins de répondre : si j'ai décidé de créer ce site il y a un an ... c'est tout bonnement parce que justement, il n'y avait absolument rien sur le sujet sur la toile à ce sujet... si ce n'est quelques articles bien incomplets et très approximatifs sur Wikipédia.

Merci à Kastet pour son chaleureux soutien, qui me fait reprendre confiance dans le bon sens de chacun (dont les commentaires étaient néanmoins d'une grande sincérité dans leur défense de cette littérature populaire qui nous est chère).
Et si je continuerai de partager mes documents avec vous, ceux en ma possession restent disparates... justement parce qu'ils sont rares !

Je me suis déjà rendu à Rennes pour chercher des informations (je réside dans les côtes d'armor), y compris à l'adresse des anciennes éditions, aujourd'hui remplacées par une agence immobilière flambante neuve !

couv-zanthar6-copie-1.jpg


Ah! J'allais oublier l'affaire de la "vraie-fausse" enveloppe : l'image m'a été transmise par Gérard Thomassian de la mythique librairie Fantasmak à Paris. Les débatteurs, tout à leur théorie du canular, n'ont certainement pas eu la présence d'esprit de se demander si ce n'était pas tout bonnement l'autre enveloppe (celle présentée comme étant l'originale), qui serait la contrefaçon de l'image que j'ai utilisée ?!?

- Comment croire qu'une seule personne serait capable de produire plus d'une centaine de faux (et plagiés à partir de quoi, d'ailleurs ???), avec ce toucher à la gouache inimitable et propre à ceux que j'appelle les maîtres... sous Photoshop ?!  Si une telle personne existait, on aurait peut-être un peu moins d'horreurs sur les rayonnages surchargés de nos libraires BD, vous ne pensez pas?


couv-zanthar7.jpg


Et si Laurent Lefeuvre fait référence tout au long du dit album "Tom et William", au monde des petits formats... il ne fait que témoigner de bon goût... en reprenant les personnages créés il y a 60 ans par John King (quel que soit son véritable nom) !

Je continue donc à saluer sa démarche (unique dans la bande dessinée cartonnée). Il ne m'en voudra néanmoins pas si je dis que malgré toute sa bonne volonté,  au vu des quelques planches qu'il m' a gentiment fait parvenir... qu'on est quand même loin de la qualité des dessinateurs originaux !


couv---zanthar8

Ne restons pas sur ces polémiques, et revenons à ce qui nous anime ici : les éditions ROA !

Erwan et Gilles m'ont demandé (et envoyé), de nouvelles couvertures de la série parue en back-up (ça veut dire en deuxième partie) de ZANTHAR : "Le Clan des Ours". Florilège de couvertures en recto-verso.

Une année a passé au Clan de l'Ours, avec les travaux agricoles pour l'été (n° 248 août 1973), les activités artisanales pour l'automne (n° 251 - nov. 1973), puis pour finir, l'élévation d'une sépulture en hiver (n° 255 - mars 1974),

Votre ami, votre complice.

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans PREHISTOIRE (Zanthar)
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • Alain Chevrel
  • né en 1947 (début officiel de la guerre froide, et de la fameuse affaire Roswell), je suis un enfant de l'histoire et de l'imaginaire.
  • né en 1947 (début officiel de la guerre froide, et de la fameuse affaire Roswell), je suis un enfant de l'histoire et de l'imaginaire.

Archives