Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 23:15

Drakkar-bandeau

  De retour de l'excellente expo Tarzan au Quai Branly (je regrette au passage que les commissaires de l'exposition n'aient pas mentionné Zanthar parmi les avatars de l'Homme-singe), je suis tombé sur mon émission radiophonique préférée : "Mauvais Genre" sur France Culture.
Ce programme propose chaque samedi soir de traiter autour d'invités pointus, des genres dits mineurs, de la bande dessinée à la science-fiction, le polar, l'érotisme ou le fantastique sous toutes ses formes.
J'ai été ravi d'en apprendre plus sur Robert Howard dans la spéciale de la rentrée consacrée au père de Conan le Cimmérien.

 

couv-drakkar3.jpg


Je ne résiste pas à cette occasion au plaisir de dénicher parmi mes piles d'illustrés, ce numéro 93 de DRAKKAR, magazine atitré du viking. Elle date d'avril 1961 : le 12 de ce mois,  Iouri Gagarine est le premier homme envoyé dans l'espace.

A cette époque de sa geste barbare, Günnar est alors un pirate impitoyable qui sévit partout où il y a richesses à piller. C'est un des nombreux points communs qu'il partage avec Conan.

Dans cet épisode "L'Antre de Sobek", Günnar s'attaque à un culte adorateur d'un dieu-crocodile, gardien d'un arbre qui donne la vie éternelle. Rien que ça !
L'illustration est digne des meilleurs couvertures de Pulp, Weird Tales en tête, où l'écrivain de Cross Plains publiera la majorité de ses nouvelles, en même temps qu'un certain H.P. Lovecraft.


 

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans VIKING (Drakkar)
commenter cet article
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 09:46

Skull-bandeau-
La récente lame de fond "Pirates des Caraïbes", et les vagues déferlantes de pirateries qu'elle a engendré en bande dessinée le prouve bien : les héros classiques finissent tôt ou tard par revenir sur le pont. Pour ma part, je suis persuadé que Skull pourrait faire l'objet d'une formidable adaptation, pour peu que les producteurs ne le fassent interprêter par un jeune bellâtre du moment. Signe des temps.
Si tel était le cas, je compte bien sur la dépouille enfouie du vieux renégat pour resurgir de son tombeau des mers et couper la tête des nouveaux chasseurs de primes de Hollywood !
Au cours de ses voyages, j'ai compté pas moins de sept rencontres avec des pieuvres géantes, Kraken ou autres calmars format XXL.
En voici un exhumé hier soir de ma bibliothèque.


couv-skull3d-cal-.jpg
Composition audacieuse pour cette couverture anonyme (Duvalli ?), de novembre 1957. Ce même mois, l'URSS de Khrouchtchev envoyait une petite chienne nommée Laïka dans l'espace.


Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans PIRATERIE (Skull)
commenter cet article
1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 19:34

gorak-bandeau
Rentrant de vacances (raison de mon silence radio), je reprends les rênes du blog. J'ai visité un musée de la marine, et pu y apprécier des trophées de pêcheurs, dont une énorme pieuvre de 4 mètres de long ! Coïncidence, Thalassa rediffusait hier ce reportage sur l'incroyable quête de ce japonais pour trouver un calamar géant ! Jules Vernes et une foule de souvenirs cinématographiques cavalent surgissent de ma mémoire.
Voici une couverture de Gorak qui répond à la thématique du jour, et prudence à ceux qui sont sur la route, en ce samedi 1er août !

couv-gorak2.jpg


Gorak n° 50 d'août 1957 - Ce mois-là, l'affiche du film "O.S.S. 117 n'est pas mort " s'étale devant mes yeux de gamin.

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans ESPACE (Gorak)
commenter cet article
23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 15:56

Colt-bandeau


   On l'a vu avec le titre Saloon, le cow-boy a changé. Le raz de marée spaghetti a emporté les gentils cow-boys de notre enfance. L'histoire retiendra Clint Eastwood, qui avait pourtant fait ses débuts en garçon vacher propret à la fin des années 50 dans la série Rawhide, comme le premier de ces pistoleros sombres et crépusculaires.
Série phare du western pocket, Jim Colt n'allait pourtant pas résister à cette mode. Ainsi, la deuxième partie de la vie du cow-boy allait franchement virer dans la bolognaise.

couv-jim-colt3.jpg
Jim Colt, en mai 1974. La France a un nouveau président  :
Giscard d'Estaing est élu président de justesse le 13 du mois.

A l'instar d'un Blueberry, notre cow-boy désormais vieillissant  exercera de nombreux métiers qui lui feront croiser d'autres crapules que les habituels voleurs de banques, indiens menaçants et grands propriétaires peu regardants à la piétaille humaine.
On peut regretter ce virement violent, très loin du gentil Shane de "l'Homme des Vallées Perdues", mais il est incontestable que cette étape était la transition nécessaire vers des films comme Impitoyable, ou des séries comme
Deadwood.

Repost 0
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 23:22


roses-blanches-bandeau

 

Je vais traiter aujourd'hui des titres que nous ne disputions pas à nos petites soeurs : La collection

"Roses Blanches"!

 

Autant l'avouer, je ne suis pas spécialiste des passionnantes tribulations sentimentales d'hôtesses de l'air; de riches héritières ou encore d'infirmières dévouées. J'aurai donc du mal à être prolixe sur le sujet.

Mais ce blog ayant vocation à traiter l'ensemble des parutions ROA, je ne peux passer à côté de titres comme : Nathalie, Capucine, Vanessa, Céline, Isabelle, Chloé ou encore Elise.

couv-vanessa.jpg

Restent des couvertures de facture très correcte. Je vous en proposerai au fil de mes acquisitions.

 soyez pas étonnés qu'il m'ait fallu tant de temps pour m'y pencher : Avec sept titres différents, elle a pourtant constitué au plus fort de son succès, presque un quart des parutions estampillées ROA.


Repost 0
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 14:33

   Cosmicman-bandeau


     De sa véritable identité Grégoire du Pontabre, Cosmicman est à la ville un vicomte oisif et playboy, qui en secret  revêt chaque nuit l'armure étoilée du vengeur Cosmicman. Cette armure magique, il l'a trouvée dans soucoupe volante qui s'était écrasée sur ses terres par une nuit d'orage. Elle lui confère le pouvoir de voler et une force quasi illimitée.
Dès lors, il n'aura de cesse de combattre le crime qui se manifeste le plus souvent sous la forme de politiciens véreux, de gangs malfaisants, et de terroristes de tous poils.

C'est pour le compte de la défunte S.E.B. (Société d'Editions Bretonne), et ancêtre des éditions ROA, que John King crée initialement ce super-héros fin 1945, sur des dessins de "Guennec".

6 siècles après le Chevalier Panache, et 30 ans avant Superdupont, Cosmicman est LE croisé pourfendeur de l'anti-France ! (On notera au passage un goût tout particulier de John King pour les héros d'ascendance noble : avec le Duc de Brume et le Comte de Panache, c'est en effet le 3ème sang-bleu des éditions !)


strip-Cosmicman.jpg
Toute première planche de Cosmicman - On admire la concision de la narration !


 - Moins angélique que Superman, et ses autres collègues américains, ce personnage s'inscrit plutôt dans la sombre lignée de Fantax, des Français Marcel Navarro et Chott (1946), et des personnages italiens Satanik et Diabolik.
L'influence de Fantômas, et des pulp américains comme le Shadow ou the Spider imprègne cette série d'un parfum de violence qui compliquera sa publication, jusqu'à se voir interdire en 1949, année où est votée la célèbre loi sur la protection de la jeunesse.

Dès lors, la France y est soumise et elle fera quelques célèbres victime, parmi lesquels les super-héros de Stan Lee, et conduira à l'arrêt des revues Fantask et Marvel à cause... des Quatre Fantastiques !


 " L'Avis de la Commission de Censure sur les Publications destinées à la jeunesse rendra l'avis suivant au sujet de Fantask : « Cette publication est extrêmement nocive en raison de sa science-fiction terrifiante, de ses combats de monstres traumatisants, de ses récits au climat angoissant et assortis de dessins aux couleurs violentes. Et l'ensemble de ces visions cauchemardesques est néfaste à la sensibilité juvénile. »


couv-cosmicman.jpg 
Cosmicman n°1 - oct.1952 - (couverture : Duvalli) - On notera au passage la symbolique phallique du héros et du canon !




   Cosmicman est un personnage violent (il pratique parfois la torture!), qui s'adoucira au fil des ans pour échapper à cette censure. Il renaîtra ainsi en 1952 dans un mensuel baptisé Action (pour tromper l'ennemi?).

Cet adoucissement continu est pourtant ce qui causera véritablement la fin de la série, puisqu'elle s'arrêtera au bout de 323 numéros, en août 1979, alors que la jeunesse de France est en pleine fièvre Marvel. Le ton quasi poujadiste du personnage, et qui émaille souvant les scénarii de John King (voir : Panache !), n'était certainement plus en phase avec les idées de la jeunesse française des années 70. La rédaction prétextera d'ailleurs à ce propos "une concurrence déloyale avec les traductions de matériel américain".
Comme disait Harvey Kurtzman, le génial créateur de MAD :
                    " Le succès a souvent plusieurs pères. Seul l'échec est orphelin!"

Restent les splendides couvertures de Stéfano Duvalli, et quelques splendides planches signées Josh Square, Santi Diaz-Lage ou Robert Cochard.

Fans de Fantax, notez que le petit fils du dessinateur Chott a lancé une souscription pour rééditer la mythique série dessinée par son grand-père: http://www.editionchott.com/



Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans ULTRA-HEROS (Cosmicman...)
commenter cet article
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 18:45

ROA-bandeau

 


      Il y a peu d'informations disponibles sur John King, créateur de presque tous les personnages de ce blog. Véritable homme-orchestre et scénariste infatiguable, il est aux éditions ROA, ce que sera Stan Lee pour la société Marvel Comics dans les années 60.
Comme lui, sa bibliographie est immense, et parsemée d'autant de récits courts, que d'interminables sagas épiques courant sur des années.

Ici s'arrête la comparaison, car si Stan Lee a eu le génie d'ancrer ses figures mythiques dans l'amérique contemporaine, dans un même univers où ceux-ci se croisent générant une infinité d'histoires, les héros de John King ne se rencontrent pas, et ne se connaissent pas.

Car comment faire se rencontrer un Viking, un sauvage de l'âge de pierre, un gorille cosmique géant, un pirate,  un chevalier médiéval ou encore un agent secret?

La solution à ce problème, John King la tenait peut-être avec la série "le Survivant". Si l'on en croit l'interview qu'il avait donné à ce sujet, cette série avait pour but de réunir tous ses personnages au sein d'un même univers. Malheureusement, John King est mort en 1973, peu de temps après le lancement de cette série qui devait rester son chef-d'oeuvre inachevé. Nous n'en lirons jamais que 5 numéros prometteurs, bien trop peu pour comprendre ce qu'il souhaitait faire.
Comme il était courant à l'époque,le dessinateur Toni Gastti avouera ne pas avoir été lui-même mis au courant des intentions de King.

J'ai exhumé le petit dossier suivant, dans un numéro de Gorak daté de juillet 1969
(un petit pas pour l'homme...).

On y voit une des très rares photos de John King, un homme qui ressemble alors à un centenaire !

pub-10ans.jpg
pub-10ans2-copie-1.jpg

pub-10ans3-copie-1.jpg
On notera le ton désuet des questions qui met en avant les productions maison .

Quand on sait que presque toutes les planches originales finissaient à la poubelle, on se dit qu'il est bien dommage qu'un amateur de bande dessinée plus averti n'ait pu remplacer ces deux enfants : Tout le charme d'une époque où la bande dessinée n'était pas encore trop prise au sérieux !


Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans Les éditions
commenter cet article
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 22:49


Saloon-bandeau---.jpg

A la fin des années 50, les éditions ROA présenteront pas moins de 8 titres différents, rien que sur le genre western. Nous avons déjà longuement abordé le titre phare, Jim COLT, en voici quelques autres.


couv-indiens-copie-1.jpg
N°4 - 15 juin 1957



INDIENS, série de courts récits, sans héros récurrents, ayant pour ligne de relire l'histoire américaine sous l'angle indien. Le tout est assez naïf, et malgré quelques articles intéressants sur la vie de ceux que l'on n'appelait pas encore les "Native Americans", les scénarios sont pondus sans grande conviction par un John King peu inspiré.


couv-indiens2.jpg
N°3 - 2  juin 1957


"Encore un titre John King !" Voilà, en effet, ce que semble se dire ce guerrier noctambule, le regard tourné vers la signature de celui qui à cette époque, signe tous les mois, jusqu'à 30 scénarii de 45 planches chacun !


couv-saloon-copie-3.jpg
SALOON
n° 7 - juin 1969

12 ans après INDIENS, voici SALOON, autre titre, plus glorieux celui-là, signé John King.
Les spaghetti se démoulent aussi en fumetti : Les envolées lyriques de Sergio Leone font des émules dans la bande dessinée transalpine.

Dans l'univers des petits formats, ces clones de Clint Eastwood ou Lee Van Cleef s'appellent Larry yuma, Tex Willer, El Ranchero, les Terribles, Jackaroe ou encore
Cliff Scott.
John King ne pouvait passer à côté de ce phénomène et pondra lui aussi quelques séries inspirées par les Django, Sartana, Blindman, Trinita, Navajo Joe ou encore Ringo qui faisaient alors un malheur, dans des western aussi violents que chocquants pour les puristes. Pour l'occasion, c'est le très Français Jean Matton qui signera d'un très méditerranéen Juan Maltoni !


Dans SALOON, on fait la part belle aux manigances et les coups de feu se tirent avinés et dans le dos !
Pour la noblesse d'âme, les bons sentiments et les grands espaces, voyez plutôt chez ce boy-scout de Jim Colt !
Les années 60 meurent dans un plat de spaghetti qui n'en finit plus de moisir. Il faudra attendre quelques années pour digérere tout ça, et rêver à nouveau de l'Ouest.



Repost 0
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 16:34

zanthar-bandeau

   Vous me l'avez demandé, la voici : La couverture du numéro 3 de Zanthar.
Non, je ne la vends pas. Désolé, Etienne ! Comme vous me l'avez écrit, nous sommes beaucoup à avoir perdu nos précieux pockets et illustrés dans les flammes de brasiers allumés par nos parents, ou dans des déménagements. J'ai moi-même reconstitué une grande partie de mon actuelle collection dans des vide-greniers ou par des achats en ligne.


couv-zanthar3

  Une libido incroyable, ce Zanthar. Bref  ! Comme Etienne, n'hésitez pas à me demander des couvertures. Si je ne garantis pas d'avoir tous les numéros demandés, j'en ai tout de même une certaine quantité que je me ferai une joie de vous proposer.

strip-Zanthar2.jpg
J'ai reçu les messages de quelques passionnés concernant ce qu'il convient de qualifier de "tarzanide", du nom  dérivé du moule initial Tarzan. Ces avatars du Seigneur de la Jungle premier du nom poussaient à l'époque dans les jungles des pockets, plus nombreux que les baobabs dans Kirikou. A l'évidence, j'ai été bien loin d'être exhaustif en citant quelques Rahan, Akim ou Zembla !
Afin de satisfaire les spécialistes, voici une liste bien plus complète, mais néanmoins en vrac, de ces clones :

 Ouragan, Hogliw, Mawa, Kalar, Mozam, Bwana Simba, Sahib Tigre, Zarawa, Mizomba, Gungoo, Yedo, Sari, Toula, L'homme-Gazelle, Roag, Targa, Yorga, Ogar, Tim l'Audace, Ardan, Rugha, Moha, Tarou, Djeki la Jungle, King la Jungle, Jungla, Banga, Tamar, Tiki fils de la Jungle, Tibor, Bomba, Tao, Wamba, Kali, Tamulah, Togar, Yataca et Gorak (rien à voir avec notre gorille cosmique).

 

 

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans PREHISTOIRE (Zanthar)
commenter cet article
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 13:23


Survivant-bandeau


   Comme me l'a demandé Thomas, c'est un certain Duvalli qui signait (du moins certaines) des plus belles couvertures peintes des éditions ROA, notamment pour Skull et Le Survivant. En voici une des rares où la signature est lisible, même si son style chatoyant me semble facilement identifiable sur les couvertures de Jim Colt et Brume.


couv-Survivant2.jpg

    On le voit bien sur l'agrandissement ci-dessous, la signature est lisible au coin inférieur gauche de cet ultime opus du Survivant. Le fait est suffisamment rare pour qu'on en déduise que seules ses préférées se voyaient signées.


signature-duvalli

En l'occurrence, la couverture de l'illustré présentant le tout dernier script de John King est une raison suffisante en soi.

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans ANTICIPATION (Le Survivant)
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • Alain Chevrel
  • né en 1947 (début officiel de la guerre froide, et de la fameuse affaire Roswell), je suis un enfant de l'histoire et de l'imaginaire.
  • né en 1947 (début officiel de la guerre froide, et de la fameuse affaire Roswell), je suis un enfant de l'histoire et de l'imaginaire.

Archives