Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 05:04

Bonjour.

 

Ce n'est pas Alain qui vous écris aujourd'hui.

C'est sa femme, Elise.

Et c'est avec une profonde tristesse que je prends aujourd'hui la place de mon mari, puisque celui-ci n'est plus en mesure de le faire lui-même. En effet, les éditions ROA ont perdu mercredi 22 septembre leur plus grand défenseur puisque mon mari a eu un très grave accident de voiture en compagnie de son ami Eugène.

 

J'ai l'impression que tout ceci n'est qu'une mauvaise blague.

 

Eugène est... (je ne me fais pas à l'idée de parler de lui au passé, puisqu'il était un ami d'enfance), un collectionneur de véhicules anciens. Et c'est à bord de la Ford T, voiture emblématique de la bande dessinée,  celle de Tintin au Congo et de Gaston, qu'ils ont eu cet accident tous les deux mercredi après-midi, accident qui a coûté la vie à Eugène.

 

article-accident-2.jpg

 

 

Quant à mon mari, Alain Chevrel, créateur de ce blog, il ne vaut guère mieux.

Il a été éjecté de la voiture pour percuter de plein fouet l'arbre dans lequel ils sont rentrés. Les pompiers étaient sur place un quart d'heure plus tard pour constater le décès d'Eugène. Ils ont emmené mon mari en urgence à l'hôpital.

Son épine dorsale a été touchée et je sais aujourd'hui qu'il ne remarchera plus jamais.

 

- Alain, lui, n'en sait rien.

 

- Alain est plongé dans un coma profond dont à priori il ne sortira jamais. 

 

Evidemment, nous ne nous connaissons pas, et il est étrange pour moi de vous écrire, de vous raconter tout ça. Mais je sais aussi que les 18 mois pendant lesquels Alain vous a donné rendez-vous ici, amateurs et nostalgiques de bandes dessinées, a été pour lui une source de joie qui le tenait chevillé à cet ordinateur depuis lequel je vous écris en ce moment.

 

Je vous avoue que je suis venue ici cette nuit (il doit être 5 heures du matin), pour supprimer purement et simplement ce blog.

 

Et puis j'ai reparcouru ses chroniques... revu ses choix de couvertures (qui rebondissaient souvent sur l'actualité, comme cette grève d'hier à laquelle il voulait participer avec ses anciens collègues...), ce projet d'anthologie de ses nouvelles favorites parues dans les éditions ROA et qu'il devait sélectionner pour la Clef d'Argent, projet sur lequel il avait travaillé une partie de l'été. Il avait aussi cette passion pour l'élevage de pigeons-voyageurs.

Croyez-moi, il n'y a pas plus occupé qu'un retraité !

 

Et puis j'ai découvert aussi vos commentaires - Je pense en particulier au plus fidèle d'entre eux : Zaïtchick !

 

Alain en était très fier, et je vous remercie d'avoir animé avec lui cette passion nostalgique pour ces petites bande dessinées aujourd'hui largement oubliées.

Alors j'ai compris que pour beaucoup de gens ici, Alain avait fait un travail contre l'oubli, et que ce blog lui-même est un excellent témoignage de qui est mon mari.

 

Alors je me suis mise à écrire cet ultime message. Celui que vous lisez en ce moment. Un message qui restera éternellement. Celui que les futurs visiteurs trouveront en se rendant sur le blog hommage des éditions ROA.

 

Car je le sais maintenant, il vient de me le faire comprendre à travers ces pages, Alain n'aurait pas voulu que cela disparaisse.

 

Que de là où il se trouve désormais, qu'il vive heureux au milieu des personnages, héros, soldats et cow-boys qui l'auront tant fait rêver.

 

Repost 0
Published by Elise Chevrel - dans Les éditions
commenter cet article
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 09:04

ROA-bandeau.jpg

 

 

 

   Ah, mes amis : comme je l'ai attendu, ce vendredi pour vous montrer mes dernières acquisitions !

 

Je vous l'avais annoncé à la fin de mon dernier billet, j'ai gagné (pour une misère) sur un site d'enchères en ligne... une poupée-mannequin de Günnar le Barbare, et cette fameuse poupée... nous sommes allés la chercher ma femme et moi ce mardi matin, jour de mon anniversaire !

 

Le type à qui je l'ai acheté, grand gaillard aux alentours de la soixantaine, la tient d'un stock de vieux jouets qu'il tenait lui-même de son père, commercial dans les années 50. Ce dernier alimentait les fêtes foraines de l'ouest avec des jouets invendus où déclassés.

Et là, je me revois à six ou sept ans, arpentant les travées de la fête foraine de la Saint Denis à Ploërmel, et les heures passées au stand de tir à la carabine où des jouets décoraient les pourtours colorés de slogans aguicheurs : " 3 sur 5 dans le cercle, et c'est gagné !"

 

- Qu'est-ce que j'ai pu en claquer de la mitraille, comptée à même la poche de mes culottes courtes pour jouer encore et encore ... jusqu'à ce que je la gagne, ma fichue poupée du Sergent Gâchette !

Et le jeu innocent devenait dans ma p'tite caboche, mission sacrée dont l'enjeu était pas moins que... l'issue de la guerre elle-même : les trois tirs au centre étaient trois méchants nazis que je devais dégommer coûte que coûte pour sauver la peau de mon sergent préféré, le tout avec seulement cinq balles dans ma carabine à plomb transformée du même coup en fusil Garand M1 !

 

poupée-günnar

 

L'acheteur était sans doute à la fois effrayé de voir un respectable sexagénaire faire quatre-vingt kilomètres avec sa femme pour une bête poupée dans sa boîte et déçu en même temps, au vu de mon état d'excitation, de ne pas avoir mis à plus de quatre euros, un objet que j'aurais à l'évidence acheté pour un montant dix fois plus élevé !

 

Le bonhomme a néanmoins répondu à mes questions avec gentillesse, même s'il n'a pas su m' en dire beaucoup sur la société morbihanaise qui a produit les poupées ROA. Basée à Pontivy, la société SOLUMO s'était brièvement lancé sur le marché du jouets au sortir de la guerre. Entre des sachets de soldats en plastoc vert et des kit animaux safari, ils avaient produit cette série de cinq personnages des éditions ROA : Günnar, Gâchette (jamais gagné), Panache, Skull et Jim Colt !  On peut imaginer que l'émergence de produits asiatiques a participé à la déroute de la société aux jouets, pourtant de très bonne facture.

 

Et pendant que je discutais avec le fils du marchand de jouets dans sa cave, ma femme (Rien que pour ça, je suis heureux de la réépouser) discerne parmi les jouets entassés à même la terre battue, une boîte estampillée d'un logo familier...

 

poupée-gâchette

 

Et voilà comment un deuxième miracle s'accomplit : la fameuse boîte du Sergent Gâchette, celui-là même que je n'avais jamais été fichu de gagner gosse, surgit tout à coup, un peu abîmée par l'humidité, de la colline des jouets comme d'un charnier de soldats oubliés !

Après essuyage fébrile du cercueil en carton, la poupée de John réapparaît en parfait état sous mes yeux de gosse !

 

 

           C'était mon anniversaire mardi : j'ai eu sept ans !

 

 

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans Les éditions
commenter cet article
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 11:03

 

 

ROA-bandeau.jpg 

 

Formidable, Zaïtchik !

Non content de porter le nom d'une des séries des éditions ROA que je traiterai prochainement, il relève des particularismes d'écriture de John King qui honore ce fan rigoureux.

(Son travail est ici : http://www.forumpimpf.net/viewtopic.php?f=1&t=17979 )

 

  

Bravo pour le rapprochement entre les deux mêmes répliques attribuées à deux personnages différents ! "- Tu es fidèle, mais tu nous les casse trop." (SOS 117) - et "- Tu es fidèle mais tu casses trop !" (GORAK).

 

  

gorak-01.jpg

  Je publie l'envoi de ZAÏTCHIK, une planche de Gorak que je ne dois pas avoir dans ma collection, et j'y ajoute ci-dessous la fameuse case parue dans le numéro 127 de SOS 117 qui s'y rapporte (1973)  :

 

sos-117-case.jpg

 

Il semblerait en effet que King s'amusait à recaser des bouts de dialogues dans la bouche de différents héros, en différents contextes. Si l'on y regarde de plus près : les dialogues de la planche de Günnar (chronique du 16 avril), sont quasiment mot pour mot les mêmes... que celle du Duc de Brume (chronique du 27 avril). Idem pour une planche de Zanthar 204 (chronique du 10 mai), et une de Jim Colt (chronique du 8 mai). Que dire alors de l'étonnante récurrence de texte entre la première planche de cet épisode de Skull (chronique du 16 avril), et celle du sergent Gâchette (chronique du 22 janvier 2009) ?

 

Une sorte de jeu de contrainte artistique, précurseur du fameux OUBAPO (le pendant en bande dessinée de l'OULIPO), ou simple résultat d'une technique pour "pondre" du scénario plus rapidement ? Nous sommes sans réponse... Et sans voix !

 

A vendredi.

 

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans Les éditions
commenter cet article
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 21:31



ROA-bandeau

Une fois n'est pas coutume, en ce premier message de l'an 2010, je ne vais pas publier de couverture, ni de planche des éditions ROA, mais l'hommage d'un jeune dessinateur plein de talent, et qui va sortir son premier album en ce début d'année aux éditions du Lombard : Il s'appelle Laurent Lefeuvre, et il m'a envoyé cette carte de voeux fantaisie qu'il a présenté comme un comics américain aux couleurs... des éditions ROA ! Vous verrez, son travail est saisissant !
Mais laissons-lui la parole.

-" Bonjour, M. Chevrel. Tout d'abord, je vous adresse mes meilleurs voeux pour cette année 2010. Félicitations pour votre site consacré aux éditions ROA. J'y ai puisé beaucoup d'informations ces derniers mois sur les personnages de bande dessinée auxquels je rends hommage dans mon album intitulé "Tom & William".

- Merci de me communiquer votre adresse postale de manière à ce que je puisse vous en envoyer un exemplaire dédicacé à sa sortie (mars de cette année!).

Laurent Lefeuvre

P.S. : Vous trouverez en pièce-jointe à ce mail, une fausse couverture de mes personnages, "Tom & William", estampillée du logo de nos éditions préférées."



La couverture en question, la voici.

couv-voeux-2010
Outre les éditions ROA, je crois quand même déceler une petite influence "Corbenienne", cher Laurent !
Mais ce n'est pas grave : tous les dessinateurs ont des influences !

En tout cas, j'adore : le travail du relief est très réussi.

- Si d'autres dessinateurs ont également envie de jouer le jeu de l'hommage aux éditions ROA (il s'agit de rester dans le cadre du sujet de ce blog!), la voie est libre, et je publierai les plus belles créations ici-même !

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans Les éditions
commenter cet article
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 16:37


Un très grand merci à Gilles POULAIN, fils de Josh Horse (dessinateur de TAMULAH), et qui m'a offert ces précieux collector : des Buvards estampillés aux couleurs des éditions ROA, et offerts aux lecteurs abonnés pour la rentrée scolaire 1955 !

buvardColt-.jpg

buvardGuerre-copie-1.jpg

buvardPanache-copie-1.jpg

buvardTamulah-copie-1.jpg

enveloppe


Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans Les éditions
commenter cet article
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 18:45

ROA-bandeau

 


      Il y a peu d'informations disponibles sur John King, créateur de presque tous les personnages de ce blog. Véritable homme-orchestre et scénariste infatiguable, il est aux éditions ROA, ce que sera Stan Lee pour la société Marvel Comics dans les années 60.
Comme lui, sa bibliographie est immense, et parsemée d'autant de récits courts, que d'interminables sagas épiques courant sur des années.

Ici s'arrête la comparaison, car si Stan Lee a eu le génie d'ancrer ses figures mythiques dans l'amérique contemporaine, dans un même univers où ceux-ci se croisent générant une infinité d'histoires, les héros de John King ne se rencontrent pas, et ne se connaissent pas.

Car comment faire se rencontrer un Viking, un sauvage de l'âge de pierre, un gorille cosmique géant, un pirate,  un chevalier médiéval ou encore un agent secret?

La solution à ce problème, John King la tenait peut-être avec la série "le Survivant". Si l'on en croit l'interview qu'il avait donné à ce sujet, cette série avait pour but de réunir tous ses personnages au sein d'un même univers. Malheureusement, John King est mort en 1973, peu de temps après le lancement de cette série qui devait rester son chef-d'oeuvre inachevé. Nous n'en lirons jamais que 5 numéros prometteurs, bien trop peu pour comprendre ce qu'il souhaitait faire.
Comme il était courant à l'époque,le dessinateur Toni Gastti avouera ne pas avoir été lui-même mis au courant des intentions de King.

J'ai exhumé le petit dossier suivant, dans un numéro de Gorak daté de juillet 1969
(un petit pas pour l'homme...).

On y voit une des très rares photos de John King, un homme qui ressemble alors à un centenaire !

pub-10ans.jpg
pub-10ans2-copie-1.jpg

pub-10ans3-copie-1.jpg
On notera le ton désuet des questions qui met en avant les productions maison .

Quand on sait que presque toutes les planches originales finissaient à la poubelle, on se dit qu'il est bien dommage qu'un amateur de bande dessinée plus averti n'ait pu remplacer ces deux enfants : Tout le charme d'une époque où la bande dessinée n'était pas encore trop prise au sérieux !


Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans Les éditions
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • Alain Chevrel
  • né en 1947 (début officiel de la guerre froide, et de la fameuse affaire Roswell), je suis un enfant de l'histoire et de l'imaginaire.
  • né en 1947 (début officiel de la guerre froide, et de la fameuse affaire Roswell), je suis un enfant de l'histoire et de l'imaginaire.

Archives