Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 07:30

Drakkar-bandeau.jpg

 

 

Soro Solo et Vladimir Cagnolari me pardonneront de leur emprunter le temps d'une chronique, le titre de l'excellente émission entièrement dédiée au continent noir qu'ils animent sur France Inter, mais Coupe du Monde oblige, je me devais de consacrer au moins une chronique à l'Afrique dans ce blog, et quel meillleur titre ?

 

Savez-vous ce qu'est une vuvuzela ? Oui ? Depuis le début de cette Coupe du Monde, toute la planète connaît désormais la corne d'environ un mètre de long, utilisée par les supporters de football dans les stades d'Afrique du Sud et le son monocorde évoquant celui d'une corne de brume qui la caractérise ! A peine découvrons-nous la joie festive qui soulève l'Afrique du Sud que déjà nos oreilles sifflent du vacarme qui, paraît-il à l'intérieur d'un stade, est in-sup-por-table !

Les plaintes de joueurs et de spectateurs à son sujet se multiplient à mesure que naissent les pétitions pour l'interdire.

 

 

couv-drakkar7--copie-1.jpg 

 

Lors de son épopée pirate en Afrique, notre ami Günnar le barbare avait vanté bien avant la mode, les mérites de la vuvuzela (couverture ci-dessus), comme une star de cinéma fait aujourd'hui d'une coutume exotique adoptée le temps d'un week-end, la tendance branchée des six mois suivants du tout Hollywood.

 

Observez comme les joues gonflées du viking, alors en exil, évoquent celles de Dizzie Gillespie ou du grand Miles ! Günnar est jazz! Günnar est un champion de l'Afrique comme le seront plus tard Mohammed Ali, James Brown ou Fela Kuti.

La preuve ? Jetez un oeil ci-dessous (merci à Pierre Mendy qui a pris cette photo chez ses parents).

 

drakkar-dakar.jpg

 

Mais quel rapport entre le jazz et la Coupe du Monde, me direz-vous ? Quel rapport entre la "musique des nègres" qui a déferlé depuis les champs de coton de Louisiane puis des caves du Paris d'après-guerre ... et la ferveur brute d'un continent fier de s'exprimer bruyamment devant le monde entier qui pour une fois, à les yeux braqués sur la fête, et pas sur les guerres civiles et la misère?   TOUT, mes amis... TOUT !

 

J'ai entendu André Chéret, dessinateur de Rahan raconter l'anecdote suivante : Lors d'un festival de bande dessinée au Sénégal, le chauffeur de taxi qui les amenait sa femme et lui depuis l'aéroport à l'endroit où se passait l'événement, lui a demandé ce qu'il faisait comme dessin. Et quand Chéret a prononcé le nom magique "RAHAN", le chauffeur a littéralement explosé de joie :

 

    -" Rahan... C'est nous, Rahan ! Rahan, c'est le héros, c'est l'Afrique !"

 

 Allez-y, vérifiez par vous-mêmes sur la couverture de vos albums Bimestriels des années 70 "RAHAN" : Il y a le bien prix en Francs... mais aussi en "Francs CFA" ! Et c'est ainsi qu'à un andré Chéret dubitatif, (mais très heureux de la renommée insoupçonnée de son héros blond en Afrique), le chauffeur enthousiste lui a expliqué comment lui et ses copains s'identifiaient au fils de Crao dans leurs jeux d'enfants. Surprenant, non ?

On nous a habitués à penser que les noirs, à plus forte raison d'Afrique, avaient forcément des héros noirs, de préférence ceux qu'on avait spécifiquement construit pour eux : Power-Man, Oeil de Faucon, Shaft, Blacula... Mais RAHAN ! Le blond RAHAN !

Ca ne surprendra pourtant personne d'entendre un blanc dire que son idole s'appelle Bob Marley, Mickael Jackson ou Bruce Lee !

 

A propos de ce dernier, saviez-vous que lors de l'inauguration du nouveau pont de Mostar, celui-là même qui avait été détruit pendant la guerre en ex-Yougoslavie, la seule personnalité autour de laquelle les bosniaques musulmans de l'Est et les Croates catholiques de l'Ouest ont su faire l'unanimité pour lui ériger une statue... est le Petit Dragon de Hong-Kong : Bruce Lee ! Ils ont expliqué qu'il est pour tous le symbole de la justice, qui combat l'opresseur armés de ses seuls poings nus, sans fusil ni tank.

 

Pas mal, non ?

 

couv-Tamulah3

 

Au dos du même numéro de DRAKKAR, on découvre à la fois la pub pour le très blanc TAMULAH défendant son ami noir face à des gorilles menaçants.

Sur le côté (verticalement), on déchiffre des tarifications étrangères comprenant l'Algérie, le Maroc, la Tunisie, les Antilles, Thaïti, Haïti et un tarif "CFA" (monnaie encore en vigueur dans les pays qui constituent l'ancienne Afrique coloniale). Drakkar, Colt, Tamulah, Zanthar y étaient donc à la fois lus et appréciés  ! Et pourtant : Pas un héros noir aux éditions ROA (Peut-être le fameux SURVIVANT que les lecteurs n'auront jamais connu aurait été noir, justifiant les déclarations d'intentions de King de faire "différent" - Nous ne saurons jamais !).

 

- On est loin des clichés de notre temps, vous ne trouvez pas? Ceux-là même qui atteignent aujourd'hui la BD, poussés par les bien-pensants qui verraient bien "Tintin au Congo" retiré des rayons des bibliothèques et librairies (une introduction serait en revanche bienvenue), ceux qui applaudissent la glorification systématique de chaque "minorité", et à en taxer chaque travers prêté à un représentant comme l'aveu d'un trait de racisme sur l'ensemble du groupe qu'il représente. La définition même du racisme, en somme... Moi qui suis Breton, je peux vous confirmer qu'il n' y a pas moins de cons parmi nous que la moyenne nationale.

 

Je me suis choisi mes héros tout seul comme un grand : On ne m'a imposé aucun footballeur, aucun chanteur, aucun acteur ni héros de BD. Le public parle de lui-même : Il choisit ses modèles comme il lui sont inspirés, et leur dit son amour sans mot d'ordre.

 

Alors quand la foule aime et qu'elle a une vuvuzela dans la bouche, les pisse-froid se bouchent les oreilles !

 

 

 A vendredi !

 

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans VIKING (Drakkar)
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 20:02

 

 

Drakkar-bandeau-copie-1.jpg

 


Ah oui : Il faut que je m'explique sur cette appellation de "couv du vendredi": un ami - Je tairai son nom pour ne pas lui attirer les foudres de son chef - m'a confié qu'il passait de temps en temps sur mon blog, comme ça, quand il est au travail et qu'il trouve le temps long.
Seulement... il m'a confié que la moitié des fois où il vient... il n'y a pas forcément de nouveauté à se mettre sous la dent.

"A force... je ne viens plus aussi souvent qu'au début. m'a-t-il dit, avant d'ajouter : "
Ce qui serait pas mal, c'est que tu publies des articles un même jour, chaque vendredi, par exemple. Généralement, j'en fous pas une au taf, et j'ai le temps de me balader sur la toile".

Et je lui répondit enthousiaste
: " Bonne idée, Eugène. Banco !"

Ainsi, cette couverture de Drakkar - signée d'un certain "
Pompetti" - inaugure une nouvelle tradition : "la couv du vendredi !"
Quant au choix " Encore une couv de Günnar ! ", diront certains, c'est tout bonnement parce qu'un certain Didier l'embrouille me l'a demandée suite au dernier article paru vendredi dernier !

Alors à vos claviers... et (sous réserve que votre demande figure dans ma collection), choisissez le numéro et la série que vous voudriez revoir et je choisirai laquelle je publierai au final.

couv-drakkar6-.jpg
"Günnar prend la pose" - Drakkar 71 (août 1959)


Dans ce numéro, comme me l'a justement décrit "Didier l'embrouille", Günnar se retrouve seul sur une île glaciaire, coincé entre un peuple de pirates cannibales... et leur divinité monstrueuse pour laquelle ils sacrifient des jeunes filles capturées sur les îles voisines. Le démon logé dans un volcan s'avèrera  être en réalité un monstre marin préhistorique, sans doute le dernier de son espèce.




Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans VIKING (Drakkar)
commenter cet article
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 17:10


Drakkar-bandeau-copie-1.jpg



J'avais juste envie de publier une couverture de Drakkar (la dernière remontait à il y a 6 mois), et outre d'avoir choisi le numéro d'il y a pile 50 ans, celle-ci n'a pas d'autre intérêt que d'être belle.

Grâce à internet, je peux néanmoins broder un peu sur le contexte de ce mois de mars 1960 : Visite de Khrouchtchev en France et mort de 6 marins Français dans un attentat de la CIA à Cuba.

"A bout de souffle" sort ce même mois, mais je ne tomberai amoureux de Jean Seberg que quelques années plus tard, quand je découvrirai le film dans un ciné-club.

 
couv-drakkar5

Pour l'heure, j'ai 12 ans et demi,  et je suis à fond dans les western. Je découvre aussi un film fantastique français qui me terrifie totalement : "Les Yeux sans visage" de Bernard Franju. Je me passionnerai un peu plus tard pour une revue mythique traitant du fantastique de 1962 à 1970, et fondée, entre autres, par Jean-Claude Romer et le regretté Pierre Boulet : Midi-Minuit Fantastique.

Mais je m'éloigne (l'âge sans doute) !

 

Ce mois de mars 1960, Günnar a perdu ses compagnons qu'il croit morts dans une tempête qui a vu son bateau se briser sur les côtes écossaises. C'est le début de la saga qui le confrontera au roi Picte Mac Cormak, avant de s'unir à celui-ci dans sa lutte contre l'envahisseur romain.

 

 

 

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans VIKING (Drakkar)
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 16:52

 Drakkar-bandeau



   Vous rappelez-vous cet article récent (9 septembre), où je notai quelques ressemblances entre certains épisodes de la vie de Conan, et celle de Günnar? J'y relevais un certains nombres de métiers communs aux deux barbares, deux CV quasi similaires et qui en feraient de rudes concurrents à un entretien d'embauche.
Et bien en refeuilletant ma collection de Drakkar (et donc des aventures de Günnar), j'ai relevé d'autres ressemblances avec l'oeuvre de Howard:
Il s'agit de la rencontre, au début du cycle qui amena le viking en Ecosse (déduction faite par le passage du mur d'Hadrien pour poursuivre au nord), avec un roi Picte rebelle et solitaire qui traque les romains dont il rêve de débarasser son royaume.
Ce roi, loup de la bruyère au corps entierement tatoué rappelle en effet furieusement le même modèle inventé quelques trente ans plus tôt par le papa de Conan : Bran Mak Morn !



couv-drakkar4.jpg


Et puisqu'on y est,  on peut même se demander si Mel Gibson n'aurait pas lui aussi croisé un peu de son William Wallace avec la figure howardienne du roi des Pictes pour composer l'allure sauvage de son Braveheart.
       
 

 

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans VIKING (Drakkar)
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 23:15

Drakkar-bandeau

  De retour de l'excellente expo Tarzan au Quai Branly (je regrette au passage que les commissaires de l'exposition n'aient pas mentionné Zanthar parmi les avatars de l'Homme-singe), je suis tombé sur mon émission radiophonique préférée : "Mauvais Genre" sur France Culture.
Ce programme propose chaque samedi soir de traiter autour d'invités pointus, des genres dits mineurs, de la bande dessinée à la science-fiction, le polar, l'érotisme ou le fantastique sous toutes ses formes.
J'ai été ravi d'en apprendre plus sur Robert Howard dans la spéciale de la rentrée consacrée au père de Conan le Cimmérien.

 

couv-drakkar3.jpg


Je ne résiste pas à cette occasion au plaisir de dénicher parmi mes piles d'illustrés, ce numéro 93 de DRAKKAR, magazine atitré du viking. Elle date d'avril 1961 : le 12 de ce mois,  Iouri Gagarine est le premier homme envoyé dans l'espace.

A cette époque de sa geste barbare, Günnar est alors un pirate impitoyable qui sévit partout où il y a richesses à piller. C'est un des nombreux points communs qu'il partage avec Conan.

Dans cet épisode "L'Antre de Sobek", Günnar s'attaque à un culte adorateur d'un dieu-crocodile, gardien d'un arbre qui donne la vie éternelle. Rien que ça !
L'illustration est digne des meilleurs couvertures de Pulp, Weird Tales en tête, où l'écrivain de Cross Plains publiera la majorité de ses nouvelles, en même temps qu'un certain H.P. Lovecraft.


 

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans VIKING (Drakkar)
commenter cet article
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 15:37

 Drakkar-bandeau



   Retour aux fondamentaux ! Il est temps de rentrer dans le vif glorieux du sujet. Les moments de gloire des éditions ROA avec l'avénement à la fin des années 1950 des héros de l'âge d'or. Honneur à leur patron, j'ai nommé Günnar le Barbare
   Günnar est  le prince d'un royaume fictif (le Grunvenland). Il est trahi par son cousin, Loki, qui tue son père et le fait bannir du royaume. Günnar n'aura de cesse de vouloir reprendre sa place, et il y arrivera aubout de 5 ans d'aventures sur tous les continents, où il sera tour à tour soldat, esclave, mercenaire, pirate et roi !

couv-drakkar-copie-1.jpg
 couverture du numéro 2, de septembre 1953. Je recherche toujours le numéro 1.Avis aux généreux donateurs!

   Inutile de préciser que John King, scénariste et créateur de la série, a du lire Shakespeare et R.E. Howard, dans ce mélange sympathique de Hamlet et Conan !
A sa décharge, précisons que Marvel ne lancera sa propre bande dessinée des aventures de Conan... que près de 20 ans plus tard.

 


couv-drakkar2
   Couverture de l'ultime numéro de Drakkar, clôturant la saga du barbare cornu. Messieurs les éditeurs en panne d'idées : A quand une réédition ?

strip-Gunnar.jpg


Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans VIKING (Drakkar)
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • Alain Chevrel
  • né en 1947 (début officiel de la guerre froide, et de la fameuse affaire Roswell), je suis un enfant de l'histoire et de l'imaginaire.
  • né en 1947 (début officiel de la guerre froide, et de la fameuse affaire Roswell), je suis un enfant de l'histoire et de l'imaginaire.

Archives