Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 15:08

Zaïtchick-bandeau-

 

 

Ce doit être la bête association d'idées : éruption volcanique + professeur agressé + la promesse faite à l'un de nos plus fidèles lecteurs de ce blog, qui me fait choisir tout naturellement choisir la couverture de cette semaine :

 

Mars 1973 : sortie du premier numéro d'un nouveau bimestriel des éditions ROA :  Spécial Zaïtchick !

 

 

- Surfant sur le succès naissant de Strange et des héros Marvel qui y sont publiés depuis 4 ans par le cousin lyonnais LUG, John King contre-attaque en lui opposant son "journal des supra-héros".

Sortez vos trousses et écrivez. Ceci est un cas d'école de la copie conforme, jeu des "700 petites erreurs" poussé jusqu'à la caricature . Titre du cours : "Je n'ai pas d'idées en ce moment et je vais copier mon petit camarade sans vergogne".

 

Et le souci d'évocation du grand frère va du style de la peinture de la couverture (signé : Frasoni)  jusqu'au moindre code typographique, en passant par l'esthétique évoquant Strange jusque dans l'ombre portée de son titre. Vous l'aurez compris, ce bimestriel, au demeurant plutôt bien foutu, ferait passer les pires sous-copies de peluches Pokémon made in Laos du stand de tir d'une fête foraine de province, pour des oeuvres d'art originales.

 

Curieusement, il n'y a à ma connaissance jamais eu de mensuel Zaïtchick, et la première parution du "supra-héros" le verra directement gratifié d'un "Spécial". Comme un jeu entre les deux éditeurs (qui ont aussi en commun d'avoir tous deux connu leur heure de gloire avec du petit format "classique"), Lug proposera à son tour un titre 2 ans plus tard, reprenant la mention "Spécial", puisque "Spécial Strange" verra le jour en 1975.

 

 

couv-Zaitchick-copie-1.jpg 

Couverture du n° 8  de mai 1974 : Alors en résidence forcée dans le camp de l'armée de Coëtquidan, où j'accomplissais péniblement mon devoir national, je me rappelle avoir découvert cette série avec le numéro ci-dessus acheté à la gare pendant une permission. Vous comprendrez donc en lisant la suite pourquoi j'ai désormais regardé l'infirmerie de l'armée d'un autre oeil, en rentrant à la caserne le lundi suivant.

 

Un peu Hulk, un peu Pantherman, un peu Serval aussi (Wolverine ? Connais pas.), l'histoire présente les aventures de Pierre Sarko (je vous jure que je n'invente rien !), professeur de biologie binoclard timide. Lors d'un voyage scolaire où il accompagne ses élèves sur le versant d'un volcan d'Auvergne qu'il croit éteint, il sauve deux élèves imprudents qui s'étaient aventurés dans son cratère. Bien entendu, celui-ci explose, et le professeur blessé est amené dans le laboratoire d'un camp de l'armée toute proche. Là, il découvre qu'il a été exposé à de la lave radioactive. Il est alors soumis à tout un tas de traitements inquiétants par des docteurs aux airs de savants fous tous droit sortis d'une planche de Tardi. Outre son insensibilité au feu, Sarko découvre effrayé qu'il dispose désormais du pouvoir de projeter de la lave en fusion ! Mais inquiet par les réactions intéressées des généraux, il décide de leur cacher ses pouvoirs pour préserver sa vie.

  

 Mais une fois rentré chez lui, il est de nouveau harcelé par Karl Brun, un colonel plus perspicace que ses camarades : Le petit sketch de Sarko ne l'a pas convaincu, et il est bien décidé à faire des pouvoirs de ce dernier la propriété de l'Etat. Sarko décide alors de se cacher derrière le costume d'un justicier pour pouvoir faire justice sans être démasqué. 

 

Désormais, il portera les nuits où le faible sera menacé par le fort, le nom d'un démon païen du feu :

                                     Zaïtchick est né !

 

  Je n'ai en ma possession que trois autres numéros de Zaïtchick : n° 3 - 12  et 17 (dernier de la série). Si quelqu'un en a à revendre, voire juste en photo, je suis preneur !

 

Vendredi prochain, j'éspère que j'aurai reçu ma toute dernière acquisition faite sur le net : une poupée mannequin de...  "Günnar le Barbare", dans sa boîte d'origine des années 50 !

 

                                                 "Dépêche-toi, petit facteur..."

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain Chevrel - dans ULTRA-HEROS (Cosmicman...)
commenter cet article

commentaires

Karl Brunn 28/06/2010 09:54



Je t'aurai un jour, Zaïtchick !


Je t'aurai !



Alain Chevrel 30/06/2010 10:44



On se calme, Herr Brunn. On se calme.



Steven 18/06/2010 18:53



Hallucinant tout ce boulot ! Bravo, m'sieur Chevrel !



Alain Chevrel 20/06/2010 16:28



Moi je n'y suis pour rien : Fouillez dans les caisses des vide-greniers, et trouvez vos propres trésors ! La BD Petit Format s'y prète si bien !



Zaitchick 09/05/2010 18:57



Joie !


J'ai retrouvé le Zaïtchick n°2.


La couverture met en scène l'équivalent kinguien d'Iron Man G-W-1 !


http://img.photobucket.com/albums/v211/zaitchick/zaitchick%204/GW-02ccopier.jpg


Création de John King, au scénario, et du dessinateur Gerry Wix (de son vrai nom Jérôme Wikes), la série met en scène le capitaine John
Wiky (!) de l'US Air Force ; un astronaute émérite doublé d'un bricoleur de talent puisqu'il invente une armure de combat autonome destinée à protéger les astronautes en cas de
débarquement sur des mondes hostiles.


Au début des années 70, le lectorat est encore fasciné par l'aventure spatiale... Hélas, le premier choc pétrolier vient déjà de sonner le glas des illusions sur des lendemains meilleurs. La
science-fiction deviendra plus pessimiste et plus revendicative...


G-W-1 affronte les dangers de toutes sortes, aussi bien les savants fous, réminiscence de la 2e Guerre mondiale associée à la menace rouge (le diabolique professeur Fédor Nikolavitch Pogromoff et
ses Nazis de l'Espace), que les envahisseurs extra-terrestres (c'est dans ces pages qu'apparaît pour la première un prototype du tyran galactique Ommor qui reviendra dans Le Survivant, oeuvre
inachevée de King).


G-W-1 est clairement une copie-carbone d'Iron Man et il peinera à trouver son public. La preuve, la bande changera de titre à plusieurs reprises dans sa courte existence : L'Invulnérable
G-W-1, puis le Mystérieux Gladiator-W-1 et, enfin, Captain G-W (sic !) Assurément pas la bande la plus inspirée de King, même si elle eut de bons
moments.



Zaitchick 01/05/2010 22:35


Cher Alain,
Du Zaitchick n°3, il ne me reste guère que quelques pages.

J'ai néanmoins conservé l'épisode où Zaitchick, alias Pierre Sarko, affronte l'homme aux mains d'acier, le terrible Docteur Strangegloves ! (Probablement inspiré du célèbre Doctor No de James
Bond.)

Ici, Zaitchick affronte le complice simiesque du docteur, l'imposant Kong (inspiré de... La planète des Singes ?) Il le défait en employant une formule qui fera florès des années plus tard.

Je vous poste le lien vers la page :
http://img.photobucket.com/albums/v211/zaitchick/zaitchick%204/kong-01.jpg

Le dessin est l'œuvre d'un certain Lawrence Lee-Feuvre. Les auteurs maisons américanisaient leur nom pour donner un cachet "comic book" à leur travail, comme l'avait fait Melvin-Nash (Marcel
Navarro, scénariste de Fantax), Molins (Felix Molinari, créateur de Super Boy) ou, plus tard, John Milton (Jean Mitton - créateur de Mikros)...

On notera que les premiers numéros de Zaitchick sont en bichromie. En effet, les éditions Roa ont certainement voulu éviter le désagrément d'une interdiction comme celle qui frappa la revue Fantask
des éditions Lug. Entre-autres choses, la Commission de censure avait reproché à l'éditeur lyonnais des "couleurs agressives". Un bien fallacieux prétexte pour torpiller une revue qui proposait des
bandes de science-fiction étrangères.


Artemus Dada 30/04/2010 23:12


Très belle couverture (comme toutes celles que j'ai eu l'occasion de voir ici d'ailleurs).


Alain Chevrel 01/05/2010 09:27



Merci, M'sieur Dada, mais tout le mérite en revient à "Frasoni" !



Qui Suis-Je ?

  • Alain Chevrel
  • né en 1947 (début officiel de la guerre froide, et de la fameuse affaire Roswell), je suis un enfant de l'histoire et de l'imaginaire.
  • né en 1947 (début officiel de la guerre froide, et de la fameuse affaire Roswell), je suis un enfant de l'histoire et de l'imaginaire.

Archives