Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 07:25

panache-bandeau

 

 

 Pardon à Libon de lui avoir emprunté le titre de son dernier livre pour nommer cette chronique : Je n'ai pas trouvé mieux.

 

 

Dans leurs parutions d'août 1959, en contrepartie de cadeaux à gagner (sous forme d'abonnements gratuits, buvards estampillés maison et T-shirts...) les éditions ROA ont tenté de mieux connaître leurs lecteurs et leurs attentes à travers un sondage.

 

On y posait notamment les questions suivantes :

 

 

- Peux-tu nous dire quels sont tes 5 genres préférés parmi les propositions suivantes : Chevalerie, histoires de la jungle, cow-boys, fantastique, policier, aventure spatiales, ultra-héros. Range-les par ordre de préférence de 1 à 5, en inscrivant le numéro devant chaque proposition retenue.

 

- Quel est le métier de tes parents : Ouvrier, Agriculteur, employé, petit commerçant, cadre moyen, cadre supérieur, inactif.

 

- A part les éditions ROA, achètes-tu d'autres fascicules de petit format du même type que ceux que nous produisons? Si oui, peux-tu nous dire lesquels ?

 

- Comment as-tu entendu parler de nos publications : - Par un ami, par un membre de ta famille, dans un commerce d'un de nos revendeurs, par un autre moyen (lequel)?

 

- Combien achètes-tu de nos revues par mois ? Sont-ce toujours les mêmes titres ?

 

 

 

 couv-panache6

Panache n° 80 - août 1959 (éléments cachés sous un autocollant "La Vache qui Rit" collé par un sale gos ... Hum !

Pardonnez-moi. Je reprends : Collé par un petit fripon canaillou inconscient de la rareté de ce numéro).

 

 

- Pourrais-tu nous dire combien de personnes lisent un exemplaire que tu as achèté ? Lis-tu toi-même des exemplaires achetés par d'autres personnes que toi ? Si oui, peux-tu nous dire à peu près combien ?

 

- Tes parents t'achètent-t-ils tes fascicules ROA où te les procures-tu directement avec ton propre argent de poche ?

 

- Lis-tu d'autres formes de bande dessinée ? Si oui, lesquelles (Albums cartonnés type Tintin ou Astérix, ou bien des journaux type Spirou ou Vaillant)?

 

- En dehors des pages de bande dessinée, que penses-tu des pages culturelles ? Aimerais-tu y par exemple y trouver d'autres contenus ? Plus de jeux ? D'histoires drôles ? De sport ? De fiches automobiles ? Autres ?

 

 

 

sondage.jpg

Page d'introduction au sondage de 4 pages publié en août 1959.

 

 

La semaine prochaine (n'en déplaise aux supersticieux qui semblent vouloir s'évertuer à me voir alors propulsé dans un autre monde - cf. polémique dans les commentaires de la chronique précédente), je vous révèlerai une bombe sous la forme d'un article très riche en iconographie pleines de sulfureuses héroïnes  et consacré à l'érotisme dans les éditions ROA. Il y aura des couvertures à couper le souffle !

 

Le titre de cette chronique ? 

 

" Quand les éditions ROA flirtent... avec la censure!"

 

 

 

Vivement vendredi prochain... si Dieu veut !

 

 

Repost 0
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 21:13

panache-bandeau

 

Ouf !  La nuit tombe, et il s'en est fallu de peu que je n'oublie notre rendez-vous vendredical : (je ne suis pas bien sûr de la réelle valeur de ce mot, inventé pour concurrencer l'adjectif "dominical" relatif au dimanche, mais je prend).

Merci à Eugène et Laurent, deux fidèles du blog qui n'ont pas hésité à décrocher leur combiné pour m'appeler et s'assurer par la même occasion qu'il ne m'était rien arrivé de fâcheux au vu du vide qu'affichait mon blog ce matin. Eugène m'a même confié qu'il avait moins apprécié son Ricoré de dix heures, tasse qu'il a l'habitude de prendre chaque vendredi en lisant ma chronique de la semaine. Du coup, c'est le nez collé au carreau de la porte-fenêtre de son salon, carreau tristement balayé de pluie (Eugène est Breton) qu'il a accompli ce rituel aujourd'hui.

  

  

J'avais dans l'idée de vous présenter ma collection de 11 auto-collants à l'effigie des éditions ROA. Ces auto-collants aujourd'hui ultra collector (comme tout ce qui touche à ROA, vous pensez bien !) étaient offert dans les années 60 pour l'achat de tout pack de lait d'une coopérative locale (le premier qui m'en retrouvera le nom se verra offrir l'original de la couverture de GUERRE n°1 ou un bisou. Selon mon envie).

 

Seulement voilà : Impossible de remettre la main dessus ce soir... Et l'heure qui tourne : Tic-Toc-Tic-Toc...

 

Une fois de plus, c'est le président qui me sauve, par le biais de la dernière décision de l'Elysée entendue à la radio au bulletin de 21 heures : Nicolas Sarkozy a demandé au préfet des Alpes de Haute Provence, "de prendre sous huit jours (...) un arrêté préfectoral permettant d'engager un tir de prélèvement du loup pour les zones du département où l'attaque du loup relève d'une intensité exceptionnelle".

 

couv-panache5.jpg

Chevalier Panache n° 92 - août 1960 : "Lhomme qui criait au loup". Il me semble que c'est de circonstance.

 

Au cours de sa visite, il a également annoncé qu'avec "des financements de l'Etat", seraient "mises en place des périodes de formation accélérée au permis de chasser à destination des bergers et des éleveurs", le chef de l'Etat prenant conscience des problèmes de l'élevage ovin en montagne.

Deux mesures pour permettre aux éleveurs "d'accélérer la protection des troupeaux",  écartant ainsi l'idée de "dérogations" aux lois et conventions internationales qui font du loup une espèce protégée, souligne l'AFP.

Constatant que "le loup est devenu un problème majeur pour les traditions pastorales", le président de la République a cependant insisté pour rappeler que "le loup est une espèce strictement protégée".

 

Donc si l'on fait le bilan du mois d'août : On n'aura bientôt plus une roulotte de gitans, plus d'ours et bientôt plus de loups " espèce strictement protégée".

 

C'est tout le petit cirque de Fred qui remeurt !

 

C'est bon, Nicolas tu peux t'arrêter maintenant : Tous les électeurs du Front National ont compris le message.

 

 

Repost 0
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 08:09

  Robina-bandeau.jpg

 

A part les plus jeunes d'entre vous à qui ce prénom évoquera au mieux le tube grivois des Nantais d'Elmer Food Beat, Daniela est surtout côté musique connu comme le grand succès du pionnier des groupes de rock français "Les Chaussettes Noires", avec à sa tête, un jeune chanteur du nom d'Eddy Mitchell.

 

Mais saviez-vous que la fameuse Daniela lui a été inspirée par le nom d'une héroïne de John King ?

 

 

En effet, le présentateur intarissable de "la Dernière Séance" et bédéphile notoire qui se faisait alors encore appeler Claude Moine confirmera dans une interview pour le fanzine "'Héros ! " n° 5 (mai 1971) que la chanson lui a été inspirée en 1962, par l'héroïne sexy des éditions ROA !

Pour la petite histoire, le titre Daniela propulsera le groupe en tête des charts avec plus de 800 000 exemplaires vendus !

 

Suivant la vague des Robin Hood au cinéma (Douglas Fairbanks, Errol Flynn, puis Sean Connery jusqu'au très récent Russel Crowe) le personnage connut également son lot d'incarnations dans les comics (Green Arrow chez DC, Hawkeye - Oeil de Faucon - chez Marvel et l'Archer Blanc par J.Y. Mitton et Corteggiani) ainsi que d'avatars du petit format (Oliver, Creek, Robin des Bois - le nom étant dans le domaine public ce qu est plutôt normal pour un héros socialiste !)

 

Et si le cinéma s'est récemment fendu d'une version avec dans le rôle titre... la propre fille de l'archer vengeur jouée par Keira Knightley 'La Princesse des Voleurs", c'est sur une thématique toute proche que se pose Daniela "La Fille de la Flèche Masquée".

 

couv-daniela--.jpg 

  Couverture du numéro 1 de mars 1956

 

Aristocrate gâtée, Daniela de L'Oréal (!) apprend le jour de ses 16 ans de la bouche de sa mère, Duchesse du même nom, que son véritrable père n'était autre qu'un petit noble de province éconduit et dont elle était follement émoureuse.

Mais les convenances dûes au rang leur ont interdit de vivre cet amour au grand jour.

De dépit, le jeune homme a lutté valeureusement jusqu'à la mort pour l'égalité et la justice sous le nom de " Flèche Masquée", fameux chef d'une bande de fermiers rebelles, bandits aux grands coeur.

 

 

Dans le même temps où Daniela apprend la vérité sur ses propres origines, on veut la forcer à se marier avec son cousin, Charles de Hettford, être vil autant que lâche. La jeune femme refuse, et sa propre mère prend son parti, tant et si bien qu'elle meure accidentellement embrochée sur une tringle à rideau. Anéantie, Daniela préfèrera déserter ses terres et son bien, pour prolonger le combat de son père. Elle reprendra ses couleurs, son arc, et ses hommes "Les Renards du Berry".

 

Mais dans sa lutte pour ramener l'ordre et l'autorité, le tyran baronnet, père de Charles de Hattford engage George, un mercenaire ténébreux, qu'il charge d'arrêter la rebelle. Après avoir capturé ce dernier, Daniela et lui  tomberont éperdument amoureux.

Afin de mieux lutter contre le régime, George (nouvellement acquis en secret à la cause rebelle) convaincra même Daniela de revenir au château, prétendre qu'elle a été mariée de force à l'un des hommes de "La flèche Masquée", et évitant ainsi un réel mariage forcé. Ainsi, sur le modèle de Zorro, Spider-man (ou le dessin animé japonais Cat's Eye), le lecteur connaît l'identité secrète d'un héros masqué, réfugié lui-même au coeur du camp ennemi sous son identité civile.

 

186 numéros durant, les forêts ensorcelées du Centre de la France chères à Claude Seignolle résonneront à nouveau des hauts-faits de "La Flèche Masquée", emmenée cette fois par Daniela et ses hommes !

 

 

Oh Daniela la vie n'est qu'un jeu pour toi

Oh Daniela pourtant ne croit pas

Que tu peux oh Daniela jouer avec l'amour

Sans risquer de te brûler un jour  (air connu).

 

 

 

Repost 0
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 12:44

panache-bandeau2.jpg


 "Kastet" m'a laissé hier un commentaire  en forme de requête  à la suite de mon dernier article : Il me demande si je possède le n° 6 de Panache (août 1953).
Alors j'ai cherché (oh, pas très longtemps, car il est vrai que ces pièces, parmi les plus anciennes de ma collection Roa, sont rangées dans des petites boîtes à chaussures soigneusement étiquetées pour les protéger de la lumière), et j'ai trouvé !

L'aventure, un peu plus ésotérique que d'habitude, voit notre jeune chevalier affronter un ennemi "métaphysique", puisqu'il affronte une sorte de génie Ovühl (!) qui est une sorte de personnification de la fatalité.
Tel le sphinx, l'étrange créature lui donne une énigme impossible à résoudre sous la forme d'une sorte de rubbics-cube où forme et couleurs varient sans cesse au fil des humeurs de celui qui doit le résoudre !

Prince Valiant a en son temps lui aussi fait face à la mort elle-même dans ses premières aventures. Citons aussi sur le thème du cube mystérieux une histoire de Corben "Haut en Bas" (Vampirella 22) ou encore le cube du pouvoir qui fit courir en son temps Crâne Rouge et Captain America.

 

couv-panache4-.jpg 

             Et là, la lumière se fait dans mon esprit !

Le titre de l'aventure est "Le Casse-Tête d'Ovühl " !
Nous aurions donc ici peut-être l'origine du pseudo derrière lequel se cache un des plus actifs défenseurs de la mémoire des Petits Formats : Kastet serait en fait une référence à cet épisode ... Casse-Tête !
Alors là, chapeau, vous m'avez bien eu ! Vive l'art subtil de semer les indices !

(comme me disait ma mère : Tu comprends vite, Alain, mais il faut t'expliquer longtemps !)

Repost 0
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 17:17

panache-bandeau


Si la thématique macabre de cette image ne fait pas très "Réjouissance de la Natavité", il y a un petit quelque chose dans cette typo rouge comme du houx et ces lettres médievales, qui m'évoque une carte anglaise de Christmas Carrols.

 



couv-panache3

Et puis ce 140 ème épisode se passe au retour de la dernière croisade du Chevalier Panache en Terre-Sainte.

Et puis surtout parce que je la trouve belle... comme une scène à la Gustave Doré. Il ne manque que les silhouettes noires de vautours tournoyant dans le lointain.


Repost 0
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 09:50

panache-bandeau

 

 

Après 12 ans de bons et loyaux services en solitaire, le Chevalier Panache s'est trouvé un partenaire en la personne de Ursa, géant à moitié sauvage et doué comme il se doit d'une force herculéenne.

  

 

Au départ très inquiétant, ce personnage qui apparaît dans la série comme un ogre terrorisant un village depuis les contreforts des pyrénées, se révèle être au fil des épisodes la caution humoristique à une série qui s'est longtemps prise bien au sérieux.
Les partenaires sont une composantes classique des séries publiés dans les petits formats, comme dans la bande dessinée en général. Ils amènent une légèreté dans le ton, contrebalançant souvent le sérieux, voire la gravité du héros par quelque péché mignon (impulsivité, gourmandise, bêtise parfois...).

Voici quelques-uns de ces malabar/faire-valoir de petits formats :

     1-  les hommes noirs - et autres "minorités" ethniques :

le serviteur Lothar de Mandrake; le pirate Sanson aux côtés de Sandor; Umbala, le guerrier supersticieux de Yataca; Mong de Tchi-Kiaï... et l'inoubliable Yéyé, enfant noir flanqué d'un casque américain MP (Military Police) qui accompagne Zembla.

     2- Les géants barbus ou moustachus :

Holernes
, pour AndraxTaurus aux côtés d'Ajax Magra du Capitaine Courage Davy Crockett de Pecos Bill;  Odilon, (sosie d'Obélix) du barbare Katan; Piggie de Kris le Shériff; Grabong de Ya'thor; Mick de Gaël "Corsaire de Fer"...

 

A noter que Rasmus, magicien moustachu et encapé qui colle à zembla est une sorte d'iniversement de situation par comparaison au duo Mandrake/Lothar.

 

couv-panache2

Repost 0
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 16:05

panache-bandeau



   C 'est toujours au cours de l'an de Grâce 1953, que John King, scénariste plus que prolifique, créa ce Cid français qu'est le Chevalier PANACHE, et qui devait donner son nom au magazine où parurent ses aventures pendant 27 ans !

 

   Le ton donné aux illustrés pour la jeunesse, à l'instar de la politique de ces années, divisait la France en deux camps : journaux communistes, souvent pilotés par des intellectuels anti-américains d'un côté, et de l'autre, des journaux cocardiers! Au vu des activiés éditoriales de John King pendant la guerre, et des accents souvent nationalistes  de ses diatribes, on comprend tout de suite  que l'esprit des aventures du fameux chevalier se situait clairement de ce côté là. A travers la geste du très preux Vicomte Johann de Saint Brandit (excusez du peu !), il est invariablement question de croisades, de Maures à repousser hors du royaume, ou de territoires en Terre Sainte à restituer à l'Eglise. Les ennemis sont donc fourbes, et/ou sarrazins. Le tout se fait à cheval, à pied, ou en bateau, tout en invoquant à tue-tête toutes sortes de saints.

couv-panache  
Numéro 24 de décembre 1954, est signé de ma plus belle plume... J'avais huit ans !


Fort heureusement, de nombreux épisodes très inspirés, notamment la quête pour débarasser une contrée étrange du dragon Frenyhrr ( relatée en 24 numéros), sauveront notre chevalier d'un jugement négatif.
Représentation fidèle de l'époque médiévale diront les uns, propagande nauséabonde diront les autres. L'esprit de la série survivra mal après le raz de marée de 1968. Et malgré des baisses de tirage réguliers, la série durera bon an mal an jusqu'en 1980, à la toute fin des éditions.



strip-Panache.jpg

    Malgré mon sincère attachement nostalgique à la série, je ne peux que conseiller aux curieux de cette période historique, de se reporter sur "les Tours de Bois-Maury" dans laquelle Hermann apporte un souffle de vérité.

Reste le charme d'une série qui, sans atteindre la qualité exceptionnelle d'un Prince Valiant, n'a pour autant pas à rougir du travail apporté 18 années durant par l'équipe composée de John Kingles pour l'histoire, et de Josh Square aux pinceaux.

Quelques exemples de séries médiévales de l'époque : Ivanhoé; Lancelot; Yvain; Blason d'or; Bayard; Marco Polo; En Garde; Mesire; Perceval; Oliver; Robin des Bois, Capitaine Courage ou encore
Taroï.

Repost 0

Qui Suis-Je ?

  • Alain Chevrel
  • né en 1947 (début officiel de la guerre froide, et de la fameuse affaire Roswell), je suis un enfant de l'histoire et de l'imaginaire.
  • né en 1947 (début officiel de la guerre froide, et de la fameuse affaire Roswell), je suis un enfant de l'histoire et de l'imaginaire.

Archives