Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 16:17
Fakir DOTKI

Le Fakir DOTKI !
Mars 1954. Pendant que la guerre fait rage en Indochine, le plus effrayant personnage des éditions ROA fait sa première apparition, dans le n° 1 de la série éponym
e.

(dessin Sécaud - scénario John King).

A l'instar du Docteur Strange, il voyage de dimensions en dimensions dans un but de conquête.




© Sécaud - King - ROA

© Sécaud - King - ROA

Récemment, j'ai eu le plaisir de mettre en scène ce terrifiant personnage dans un reboot de l'ultra-héros ROA "FOX-MAN"... devenu FOX-BOY, dans sa nouvelle version (parution en Breton dans Louarnig, sous le nom Paotr Louarn - et en Français dans un petit comic-book "Paotr Louarn) dessin : Laurent Lefeuvre. Pour ce faire, il a réalisé un petit buste en terre :

© Lefeuvre© Lefeuvre

© Lefeuvre

22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 10:10
Premier numéro de Mondes Mauvais (février 1957). Les héros de cette première aventure reviendront dans les 16 premiers numéros. Chevauchant un hyenodon (!), ils vont découvrir une bibliothèque enfouie sous une couche de poussière de lave. Leur interprétation des aventures de Tintin sera des plus cocasses !

Premier numéro de Mondes Mauvais (février 1957). Les héros de cette première aventure reviendront dans les 16 premiers numéros. Chevauchant un hyenodon (!), ils vont découvrir une bibliothèque enfouie sous une couche de poussière de lave. Leur interprétation des aventures de Tintin sera des plus cocasses !

De 1957 à 1972, le mensuel Mondes Mauvais regroupe une série de chroniques ayant pour cadre commun un même monde situé dans un futur allant de 2015 jusqu'en l'an 4000. De par cette chronologie, les histoires racontées dans Mondes Mauvais semblent donc prendre la suite des histoires racontées dans la série testament et inachevée de John King : le Survivant.

Aucun dessinateur crédité à cette série. un univers sans règle où l'humanité est revenue à l'âge

barbare des Conan et consorts, mais après la civilisation, dont certains nantis gardent jalousement pour eux quelques restes (robots ménagers, groupes électrogènes, et gramophones - nec-plus-ultra).

La vision pessimiste, mélange de code Sword & Sorcery et de technologie oublié, rappelle la série Andrax par les scénariste Peter Wiechmann et le génial Jordi Bernet (paru en France dans Pirates, puis en album souple chez Arédit). Le héros est Michael Rush, médaillé olympique dans pas moins de 13 disciplines. Le professeur Magor l’envoie 2000 ans dans le futur pour étudier un éventuel monde parfait. Mais ce que Michael, qui se fait désormais appeler Andrax, découvre, c'est une ère post-apocalyptique où le monde n’est que barbarie et violence.

Plus léger, la série des Post-historiques par le regretté Bottaro (Pépito) utilisera la même idée d'un nouvel âge de Pierre dans lequel l'Humanité amnésique a replongé.

N° 15 de Mondes Mauvais.Cross-over entre les titres du ROAverse : C'est Sullivan North, futur Gorak, qui fait ici un étrange caméo, lors d'un premier voyage spatio temporel. Il rencontre des personnages de Mondes Mauvais.

N° 15 de Mondes Mauvais.Cross-over entre les titres du ROAverse : C'est Sullivan North, futur Gorak, qui fait ici un étrange caméo, lors d'un premier voyage spatio temporel. Il rencontre des personnages de Mondes Mauvais.

Published by Alain Chevrel - dans ANTICIPATION (Le Survivant)
commenter cet article
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 09:34

Bonjour chers amis !

Très heureux de vous retrouver ici, après un long silence numérique de presque 4 années* 

Je reprends donc possession du clavier et des destinées du blog des éditions ROA, par cette belle journée d'avril.

Hallleeellllluuuiaaah mes frères !

A ce retour, une bonne raison : Il semble qu'il y ait un frémissement d'actualité autour de nos bonnes vieilles éditions ROA.

Explications :

Suite à une campagne de fond (à laquelle je ne suis évidemment pas totalement étranger), les éditions ROA opèrent à travers quelques personnages de son catalogue, un lent, mais certain retour chez nos libraires !

 

Retour en arrière.

 

Printemps 2010.

On me parle ici et là, d'un auteur Breton, un certain Lefeuvre(?), à l'occasion de la sortie de "Tom et William", son premier album au Lombard, et dans lequel celui-ci invite plusieurs personnages issus du vivier des éditions ROA à partager les destinées fantastiques d'un étrange petit bonhomme : Tom, et de son protecteur William.

 

 

Comme disait Desproges : "Etonnant, non ?"

 

Persuadé d'assister à un de ces n-ièmes bouquins post-modernes et signes de notre époque, je suis agacé par la démarche, sans lire.

 

Et si j'ai d'abord snobé cet album (par ailleurs effectivement maladroit), la rencontre qui se fera un an plus tard (mai 2011) avec son auteur, un jeune homme à la passion sincère, aussi bavard que timide (drôle de mélange) a fini par faire tomber quelques appréhensions et préjugés.

 

Détail à la fois personnel et important pour comprendre ce changement de ma part : j'avais passé quelques mois dans le coma entre septembre 2010 et avril 2011. Confession : un retour dans le monde réel après une longue absence, fait voir les choses sous un angle moins... épidermique.

 

Bref,  la rencontre avec Lefeuvre fut agréable.

Il m'avoua alors combien mon blog consacré au éditions ROA lui avait servi de référence pour donner corps à Gorak, Colt, Gâchette, Cosmicman, Tching-Tchang et quelques autres. Je le reconnais, ma sensibilité à cet argument flatteur a participé à me convaincre de l'aider à relancer une nouvelle mouture de Fox-Man, pour les besoins d'une modeste revue en Breton. Nous avons commencé à y réfléchir en mai 2011.

 

 

La première pierre de ce "Retour du ROA" sera donc le retour d'un des héros emblématiques de John King :  FOX-MAN !

 

ROA-FOX-MAN-2.jpgROA-FOX-MAN-6.jpg

FOX-MAN n° 2 (avril 1976) et 6 (sept. 1976). Le seul et unique super-héros Rennais dans son jus vintage !

  Les 3 premières pages de la nouvelle série "FOX-BOY" parurent en juillet 2011. Cela ne s'est pas arrêté depuis lors.

 

Le héros n'était certes pas tombé dans le domaine public, mais en l'absence d'héritiers de John King, et de structure juridique autour de ce patrimoine super-héroïque Français, le jeune dessinateur s'en est donc emparé, avec ma complicité au scénario (du moins pour les premières pages de cette nouvelle mouture en Breton), et publié dès lors.

 

Ci-dessous, la toute première page de FOX-BOY, version modernisée et rajeuniedu héros de John King, dans les pages du mensuel en Breton Louarnig (ici traduite en Français) :

 

page1couleur-copie-1

A noter : Très vite, la série connaît une traduction en Occitan dans le journal Plumalhon (mars 2012).

 

Cette petite incursion dans le scénario me donne des ailes, et au fur et à mesure que Lefeuvre s'approprie les destinées de Fox-Boy seul aux commandes, je me lance dans la rédaction d'un livre compilant la somme de mes recherches sur les séries, héros, titres et auteurs de la maison ROA.

 

En juin 2012 paraît "La Merveilleuse Histoire des Editions ROA" (co-écrit avec Laurent Lefeuvre), aux éditions Mosquito.

 

Pour les amateurs de petits formats, l'ouvrage est une véritable encyclopédie richement illustrée, et qui constitue la bible introductive idéale autant qu'unique à cet univers riche et coloré.

 

la-merveilleuse-histoire-des-editions-roa-copie-1.jpg

Le même mois paraît un modeste comic-book (500 exemplaires) regroupant les premières aventures de cette nouvelle mouture, chez Black and White (avec une couverture encrée par Klaus Janson) :

 

Comic-book.jpg

 

Dernière étape en date de ce retour de la légende rajeunie de Fox-Man : La publication à l'automne 2014 d'un premier tome inédit, en Français et en Breton  sous le nom de Fox-Boy !

 

On y suit une sorte de reboot des aventures tortueuses du jeune Pol Salsedo, héros plus trouble que ses précédents avatars proprets.

 

Pas de doute, le monde ROA semble rentrer dans la modernité.

 

Ci-dessous, la couverture du tome 1 "La Nuit du Renard" :

 

FOX-Boy.jpg

FOX-BOY © Lefeuvre-Delcourt 2014

 

Et puisque son auteur, désormais seul aux commandes, semble avoir officialisé la chose sur son compte Facebook, on peut annoncer ici que le second tome est désormais en cours de réalisation !

 

La suite ?

 

Chez votre libraire favori à l'automne !

 

 

Published by Alain Chevrel - dans ULTRA-HEROS (Cosmicman...)
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 05:04

Bonjour.

 

Ce n'est pas Alain qui vous écris aujourd'hui.

C'est sa femme, Elise.

Et c'est avec une profonde tristesse que je prends aujourd'hui la place de mon mari, puisque celui-ci n'est plus en mesure de le faire lui-même. En effet, les éditions ROA ont perdu mercredi 22 septembre leur plus grand défenseur puisque mon mari a eu un très grave accident de voiture en compagnie de son ami Eugène.

 

J'ai l'impression que tout ceci n'est qu'une mauvaise blague.

 

Eugène est... (je ne me fais pas à l'idée de parler de lui au passé, puisqu'il était un ami d'enfance), un collectionneur de véhicules anciens. Et c'est à bord de la Ford T, voiture emblématique de la bande dessinée,  celle de Tintin au Congo et de Gaston, qu'ils ont eu cet accident tous les deux mercredi après-midi, accident qui a coûté la vie à Eugène.

 

article-accident-2.jpg

 

 

Quant à mon mari, Alain Chevrel, créateur de ce blog, il ne vaut guère mieux.

Il a été éjecté de la voiture pour percuter de plein fouet l'arbre dans lequel ils sont rentrés. Les pompiers étaient sur place un quart d'heure plus tard pour constater le décès d'Eugène. Ils ont emmené mon mari en urgence à l'hôpital.

Son épine dorsale a été touchée et je sais aujourd'hui qu'il ne remarchera plus jamais.

 

- Alain, lui, n'en sait rien.

 

- Alain est plongé dans un coma profond dont à priori il ne sortira jamais. 

 

Evidemment, nous ne nous connaissons pas, et il est étrange pour moi de vous écrire, de vous raconter tout ça. Mais je sais aussi que les 18 mois pendant lesquels Alain vous a donné rendez-vous ici, amateurs et nostalgiques de bandes dessinées, a été pour lui une source de joie qui le tenait chevillé à cet ordinateur depuis lequel je vous écris en ce moment.

 

Je vous avoue que je suis venue ici cette nuit (il doit être 5 heures du matin), pour supprimer purement et simplement ce blog.

 

Et puis j'ai reparcouru ses chroniques... revu ses choix de couvertures (qui rebondissaient souvent sur l'actualité, comme cette grève d'hier à laquelle il voulait participer avec ses anciens collègues...), ce projet d'anthologie de ses nouvelles favorites parues dans les éditions ROA et qu'il devait sélectionner pour la Clef d'Argent, projet sur lequel il avait travaillé une partie de l'été. Il avait aussi cette passion pour l'élevage de pigeons-voyageurs.

Croyez-moi, il n'y a pas plus occupé qu'un retraité !

 

Et puis j'ai découvert aussi vos commentaires - Je pense en particulier au plus fidèle d'entre eux : Zaïtchick !

 

Alain en était très fier, et je vous remercie d'avoir animé avec lui cette passion nostalgique pour ces petites bande dessinées aujourd'hui largement oubliées.

Alors j'ai compris que pour beaucoup de gens ici, Alain avait fait un travail contre l'oubli, et que ce blog lui-même est un excellent témoignage de qui est mon mari.

 

Alors je me suis mise à écrire cet ultime message. Celui que vous lisez en ce moment. Un message qui restera éternellement. Celui que les futurs visiteurs trouveront en se rendant sur le blog hommage des éditions ROA.

 

Car je le sais maintenant, il vient de me le faire comprendre à travers ces pages, Alain n'aurait pas voulu que cela disparaisse.

 

Que de là où il se trouve désormais, qu'il vive heureux au milieu des personnages, héros, soldats et cow-boys qui l'auront tant fait rêver.

 

Published by Elise Chevrel - dans Les éditions
commenter cet article
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 07:25

panache-bandeau

 

 

 Pardon à Libon de lui avoir emprunté le titre de son dernier livre pour nommer cette chronique : Je n'ai pas trouvé mieux.

 

 

Dans leurs parutions d'août 1959, en contrepartie de cadeaux à gagner (sous forme d'abonnements gratuits, buvards estampillés maison et T-shirts...) les éditions ROA ont tenté de mieux connaître leurs lecteurs et leurs attentes à travers un sondage.

 

On y posait notamment les questions suivantes :

 

 

- Peux-tu nous dire quels sont tes 5 genres préférés parmi les propositions suivantes : Chevalerie, histoires de la jungle, cow-boys, fantastique, policier, aventure spatiales, ultra-héros. Range-les par ordre de préférence de 1 à 5, en inscrivant le numéro devant chaque proposition retenue.

 

- Quel est le métier de tes parents : Ouvrier, Agriculteur, employé, petit commerçant, cadre moyen, cadre supérieur, inactif.

 

- A part les éditions ROA, achètes-tu d'autres fascicules de petit format du même type que ceux que nous produisons? Si oui, peux-tu nous dire lesquels ?

 

- Comment as-tu entendu parler de nos publications : - Par un ami, par un membre de ta famille, dans un commerce d'un de nos revendeurs, par un autre moyen (lequel)?

 

- Combien achètes-tu de nos revues par mois ? Sont-ce toujours les mêmes titres ?

 

 

 

 couv-panache6

Panache n° 80 - août 1959 (éléments cachés sous un autocollant "La Vache qui Rit" collé par un sale gos ... Hum !

Pardonnez-moi. Je reprends : Collé par un petit fripon canaillou inconscient de la rareté de ce numéro).

 

 

- Pourrais-tu nous dire combien de personnes lisent un exemplaire que tu as achèté ? Lis-tu toi-même des exemplaires achetés par d'autres personnes que toi ? Si oui, peux-tu nous dire à peu près combien ?

 

- Tes parents t'achètent-t-ils tes fascicules ROA où te les procures-tu directement avec ton propre argent de poche ?

 

- Lis-tu d'autres formes de bande dessinée ? Si oui, lesquelles (Albums cartonnés type Tintin ou Astérix, ou bien des journaux type Spirou ou Vaillant)?

 

- En dehors des pages de bande dessinée, que penses-tu des pages culturelles ? Aimerais-tu y par exemple y trouver d'autres contenus ? Plus de jeux ? D'histoires drôles ? De sport ? De fiches automobiles ? Autres ?

 

 

 

sondage.jpg

Page d'introduction au sondage de 4 pages publié en août 1959.

 

 

La semaine prochaine (n'en déplaise aux supersticieux qui semblent vouloir s'évertuer à me voir alors propulsé dans un autre monde - cf. polémique dans les commentaires de la chronique précédente), je vous révèlerai une bombe sous la forme d'un article très riche en iconographie pleines de sulfureuses héroïnes  et consacré à l'érotisme dans les éditions ROA. Il y aura des couvertures à couper le souffle !

 

Le titre de cette chronique ? 

 

" Quand les éditions ROA flirtent... avec la censure!"

 

 

 

Vivement vendredi prochain... si Dieu veut !

 

 

10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 07:55

Skull-bandeau-.jpg

 

Hello à tous ! En période de crise, il semble que l'actualité est  plus riche encore qu'en temps normal, de scandales financiers, banques renflouées comme des gallions brinquebalants sans contreparties et autres financements occultes de grands partis.

 

Où sont-ils nos justiciers populaires Robin des Bois, Oliver ou Daniela qui voleraient les voleurs, ou "étrangleraient les étrangleurs" comme dit Mélenchon.

 

 

 

De tout temps, la piraterie a été un modèle romancé d'une vie enfin libre ! Mourir d'accord... mais mourir debout, pour son propre pavillon ! Pas en engraissant un maître méprisant ! Telle est la maxime des frères de la côte. Les rejetés de la société finissent par former un club qui connaît et retourne les codes de ses anciens maîtres comme un chien mord la main qui l'a frappé. La justice des galeux qui deviennent beaux quand ils sont libres !

 

couv-skull5.jpg

Couverture du 100 ème numéro de "SKULL le Pirate"  - décembre 1963

 

 

Parlant de piraterie, j'ai constaté un étrange fait : des pirates piratés ! Imaginez-vous cela :

Une bande dessinée est sortie la semaine dernière : GITANS des MERS (éd. DUPUIS), scénarisée par Philippe BONIFAY et dessinée par l'excellent Stéphane DUVAL.

 

J'ai toutefois été décontenancé par deux images issues de cet album... et qui m'ont furieusement rappelé deux couvertures de SKULL que j'avais publié ici il y a un an.

 

Je vous laisse juge de déterminer s'il s'agit d'un plagiat de sa part, ou bien d'un hommage

(Stéphane Duval aurait-il un lien avec Stéfano Duvalli qui avait signé ces mêmes couvertures ROA à l'époque?) :

 

 

Quoi qu'il en soit, je vous recommande malgré tout ce premier tome d'un dyptique qui s'annonce au-dessus du tout venant en la matière ! Les dialogues sont enlevés, l'action qui ne laisse aucun répit, présente un trio atypique en vedette, puisqu'il figure Nadau (menuisier et présumé fils de D'Artagan) et de ses deux femmes (Et oui, le coquin s'est marié à deux soeurs jumelles et gitanes!).

J'ai lu une récente interview de Laurent Wauquiez, le sémillant secrétaire d'Etat à l'emploi dans le luxueux mensuel DBD. Il y confessait un goût très large et passionné pour le 9ème Art, parlant avec conviction de Bourgeon ou Larcenet et confessant son appétit de Blueberry, Le Chat du Rabbin ou Lucky Luke.

 

Je ne suis pas certain que le trio polygame de "Gitans des Mers", soient profondément à son goût. Ces héros de BD sont en effet de par leur situation de hors-la loi et manouche à la fois, les plus parfaits candidats à déchoir de la nationalité française !

 

gitans-skull.jpg

 

 

gitans-skull2.jpg

 

Rien que pour ça, plus tout le reste, Gitans des Mers pourrait bien être la bande dessinée audacieuse que les porte-paroles branchouilles de la culture bobo risquent fort de louper.

 

Par les tripes de Mabuse, Qu'ils crèvent !

 

 

 

Ah ! J'allais oublier cette nouvelle d'importance pour les amateurs des éditions ROA et de nouvelles fantastiques en général : Philippe Gindre, fondateur de la stucture éditoriale modeste mais précieuse "La Clef d'Argent"(spécialisée dans l'édition de littérature et poésie fantastique autour d'auteurs comme H.P. Lovecraft, C.S. Smith, A.C. Clarcke pour les plus fameux) m'a confirmé qu'il comptait bien publier une anthologie des meilleurs tyextes publiés au sein des fascicules ROA, anthologie présentée et choisie par... votre serviteur !

Il n'y a pour l'heure aucune date de sortie déterminée, même si le travail a bien avancé cet été. Je peux juste vous dire que j'ai orienté mes choix sur des nouvelles qui concernent les héros des bandes dessinées ROA.

 

Attendez-vous donc à découvrir des histoires inédites en BD qui présentent les aventures de GORAK, Jim COLT, John GACHETTE, Chevalier PANACHE, Jacques BYVER, Le Pirate SKULL ou GUNNAR le Barbare !

 

Maintenant que c'est officiel, je me permets de vous mettre au courant. 

 

  A vendredi !

Published by Alain Chevrel - dans PIRATERIE (Skull)
commenter cet article
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 07:56

Survivant-bandeau

 

Pourquoi ce "clap de fin" du titre autour de la série "LE SURVIVANT"? Eh bien pour deux raisons.

 

Primo - Parce qu'après vous avoir proposé chronologiquement les couvertures du n° 3 (article du 20/04/09), du n°4 (article du 18/05/09), l'ultime couverture de la première série "Le Survivant" - n° 240 (article du 26/03/10) puis vous avoir dévoilé la couverture mythique du n° 1 (article du 04/06/10)... il ne m'en restait plus qu'une des 4 numéros de la série à vous dévoiler : Le numéro 2.

 

Secundo - Parce que l'histoire de la fin du monde, où plus exactement la chute de l'ère humaine, qui y est décrite prend place à la date hautement futuriste du...  jeudi 23 septembre 2010 !

 

Pour ces deux raisons, un modeste clap de fin, sera suivi comme il se doit d'un tonnerre d'applaudissements pour l'action humaine déclinante.

 

Le thème de la fin du monde, voire de l'après-fin du monde est une constante source d'imaginaire. Beaucoup d'entre-elles ne sont pas datées (on ne se mouille pas trop, quand même), comme la saga Jérémiah, Farenheit 451 ou Mad Max. Beaucoup d'autres proposent des dates où tout basculera.

 

Ainsi, page 15 du numéro 2 de Métal Hurlant, Moebius nous propose un dessin où figurent deux infirmiers emportant sur une civière un robot visiblement en panne. Le premier annonce dans l'unique bulle : "C'est le caburateur", tandis que la légende en dessous explique que "le gag ne sera drôle que vers juillet 2012". Je reviens assez régulièrement vers ce gag, année après année, espérant à chaque fois une compréhension qui ne vient que lentement.

 

Sur ce modèle de date annoncée, chacun peut s'amuser au fur et à mesure des années où il redécouvrira ces histoires, à calculer mentalement combien de temps il lui resterait à vivre dans ce monde condamné.

 

Alors avant de disparaître tous dans des tourbillons d'acier fondu, je profite de l'occasion qui nous est donnée pour vous proposer de revoir ensemble quelques-unes des dates apocalyptiques de fin du monde en bande dessinée, en cinéma et en littérature. Ca vous tente ? Alors attachez vos ceintures anti rayons cosmiques. Vous êtes priés de ne rien avaler durant le voyage, ni votre salive, ni celle de votre gironde voisine (ne faites pas l'innocent : Je parle de celle qui est lascivement installée sur le siège spatio-temporel à votre gauche).

 

Quelques grandes apocalypses et futurs fantasmés, par ordre chronologique !

 

1971 : "L'Eternaute" (bande dessinée - 1957 - écrite par Hector Oesterheld et dessinée par Francisco Solano Lopez, puis Alberto Breccia).

Vertige graphics vient de réediter la première version que j'avais découverte dans le petit format Antarès au début des années 80. Nous sommes en 1969. Un messager de l'espace-temps vient raconter à un scénariste de BD Argentin chez qui il vient d'apparaître, que l'invasion extraterrestre est pour dans deux ans. Glaçant !

 

1976 : "Les Aventures de Roger Fringant en l'an 1976" (bande dessinée de Lob et Pichard).

Parue dans les premiers numéros de Métal Hurlant la même année. Aaaaah ! Je sais ce que vous allez dire : Il n'est pas question d'apocalypse dans cette histoire, mais le titre est si drôle et bien avant le titre "1978" de Philipp Katerine, ou le très premier degré Paco Rabanne, c'est à ma connaissance le premier pastiche de ces dates sois-disant farfelues-futuristes, où l'on voyagerait tous dans des voitures de manèges au milieu des gratte-ciels... Du coup, je n'ai pas résisé au plaisir de l'y glisser. En plus, un copain à moi qui fait de la radio utilise ce pseudo depuis plus de vingt ans d'années, alors. Salut Roger !

 

1984 : "1984" (Roman de George Orwell - 1948).

Classé par le très sérieux Time en 2005 parmi les 100 plus grands romans de tous les temps, ce roman est la référence en dystopie (futur hypothétique). Il décrit une Grande Bretagne projetée une trentaine d'années dans le futur où un régime policier, mélange de totalitarisme nazi et stalinien fait régner l'Ordre. La génération anglaise suivante sera celle de Brasil et Judge Dredd. "Big Brother is Watching you". Dormez, braves gens : Tout ceci n'est que fiction. 

 

1997 : "New-York 1997" (Film de John Carpenter avec Kurt Russel - 1984).

Les violentes aventures du borgne Snake Plissken (Plissken le Serpent) dans un Amérique qui sort tout juste de la troisième guerre mondiale et ravagée par la criminalité. Le héros qui doit son nom au tatouage de serpent sur son bas-ventre a repris du service dans un deuxième opus "Los Angeles 2013" toujours devant la caméra de Carpenter. Il paraîtrait qu'un troisième film serait en préparation : "Bourgogne 2034" : Le héros au bide développé par des années de biture à la bière, y profiterait de la ressemblance nouvelle de son tatouage avec un gros escargot pour reprendre une dernière fois du service sous le nom de "Snail Plissken" (L'escargot) et infiltrer ainsi un gang de dealers locaux.

A confirmer toutefois.

 

 

1999 : "La Fin des Temps" (Film de Peter Hyams avec Arnold Schwarzenegger).

Pas vu. Je dis ça, vous faites comme vous voulez, mais je trouve que le Governator est quand même souvent fourré dans les histoires de fin du monde, vous trouvez pas ?

 

2009 : "Predictions" (Film d'Alex Proyas avec Nicholas Cage - 2009)

Une saleté, ce film. Beurk ! Je vais vous faire un aveu,en sortant de la salle après la projection, j'étais furieux, et javais de dissuader quiconque croiserait ma route d'engraisser les producteurs en y allant, tant j'ai détesté. Une propagande à la limite de l'idéal intégriste (toute tendances confondues - je pèse mes mots) C'est un mélange du petit manuel de visions de témoins de Jéhovah avec un peu d'idéal pro-aryen. Nauséabond. Je suis très étonné qu'il y ait eu aussi peu de réactions à la sortie de ce truc. Il faut croire qu'en France, recevoir une star américaine sur son plateau-télé atténue le sens critique du film qu'on promotionne en même temps.

 

2010 : "Le Survivant" (bande dessinée écrite par John King et dessinée par Guennec/Josh Horse - 1973).

La plus imminente des fins du monde !

Série des éditions ROA (qui nous intéressent ici particulièrement) interrompue à la mort de son scénariste John King après seulement 4 numéros. Il y était question d'invasion extra-terrestre, invasion menée par le tyran OMMOR. Venu d'une galaxie lointaine non déterminée, cet extraterrestre vient ajouter notre système solaire à son tableau de chasse, par le truchement des pouvoirs extradimensionnels d'un petit garçon. Faute de matériel effectivement réalisé, on ne pourra jamais développer cette histoire orpheline, ni connaître l'identité du fameux Survivant à qui la série devait son nom. Dommage.

 

couv-Survivant5.jpg

La voici donc, la couverture du n° 2 du "SURVIVANT" par Guennec (août 1973). La boucle est bouclée, comme on dit !

 

2012 : "2012" (Film de Roland "Independance Day"  Emmerich - 2009 -).

Pas vu. J'attendrai son passage sur TF1 un dimanche soir.

 

2019 : "Blade Runner" ou "Les Androïdes rêvent-ils de Moutons Electriques ?" (Roman de Philipp K. Dick - 1968, puis film de Ridley Scott - 1982.)

J'aime tout. Depuis la musique de Vangelis, aux décors de Syd Meads (pompés sur Foss et surtout Moebius, mais bon !) et puis Harrison Ford. Et puis il y a Sean Young. Et puis Rutger Hauer. Et puis... Je vous laisse : J'ai un film à revoir.

 

2029 : "Terminator" (Film de James Cameron - 1984 - avec Arnold Schwarzenegger - mot compte triple : 214 points). "Les machines s'élancèrent du feu nucléaire (...)" Ainsi commence le film qui nous présente L.A. ravagée par le soulèvement des machines créées par Skynet contre leurs anciens maîtres humains. Génial !

 

2056 : "Time Safari" (Nouvelle de Ray Bradbury - adaptée en 1954 pour les E.C. Comics par le regretté Al Williamson). Un groupe de chasseurs remontent le temps grâce à une machine, pour réaliser leur rêve : chasser un T-Rex ! Mais la maxime de Konrad Lorenz sur les prétendues catastrophes occasionnées par les plus petits changements -en l'occurence le passé pour le futur - inspire ici 2 des plus grands artistes fantastiques du XXème siècle.

 

2057 : "Sunshine" (Film de Danny Boyle - 2007).

Le soleil se meurt. Une mission de 8 hommes est envoyée sous le nom de "Mission Icarus" pour tenter de le rallumer.

 

2099 : "Spider-man 2099", "Doom 2099", "Punisher 2099"...   (Collection de titres Marvel créés par Stan Lee et John Byrne - 1993).

L'idée de ces titres était une proposition de l'univers Marvel un siècle plus tard, autour de la projection de certains de ces personnages les plus emblématiques projetés dans le futur.

 

2419 : "Buck Rogers" (Bande dessinée de Philip Francis Nowlan- 1928 - puis film et série télé).

Plongé dans le coma suite à un crash, l'aviateur Anthony "Buck" Rogers se réveille au XXV e siècle, pour devenir à la fois le premier héros de SF en bande dessinée, le premier à manier un pistolet à rayon laser désintégrateur, et le modèle d'une floppée de clones, dont le génial Flash Gordon.

 

2500 : "La Planète des Singes" (Roman de Pierre Boule - 1963 puis film de F. Schaffner - 1968 - puis comics de Marvel- 1973).

Charlton Heston est bien embêté quand il ne peut utiliser d'armes à feu, alors que des primates ont détruit la statue de la Liberté (autour du 11 septembre 2401, je crois).

 

 

A vendredi !

Published by Alain Chevrel - dans ANTICIPATION (Le Survivant)
commenter cet article
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 21:13

panache-bandeau

 

Ouf !  La nuit tombe, et il s'en est fallu de peu que je n'oublie notre rendez-vous vendredical : (je ne suis pas bien sûr de la réelle valeur de ce mot, inventé pour concurrencer l'adjectif "dominical" relatif au dimanche, mais je prend).

Merci à Eugène et Laurent, deux fidèles du blog qui n'ont pas hésité à décrocher leur combiné pour m'appeler et s'assurer par la même occasion qu'il ne m'était rien arrivé de fâcheux au vu du vide qu'affichait mon blog ce matin. Eugène m'a même confié qu'il avait moins apprécié son Ricoré de dix heures, tasse qu'il a l'habitude de prendre chaque vendredi en lisant ma chronique de la semaine. Du coup, c'est le nez collé au carreau de la porte-fenêtre de son salon, carreau tristement balayé de pluie (Eugène est Breton) qu'il a accompli ce rituel aujourd'hui.

  

  

J'avais dans l'idée de vous présenter ma collection de 11 auto-collants à l'effigie des éditions ROA. Ces auto-collants aujourd'hui ultra collector (comme tout ce qui touche à ROA, vous pensez bien !) étaient offert dans les années 60 pour l'achat de tout pack de lait d'une coopérative locale (le premier qui m'en retrouvera le nom se verra offrir l'original de la couverture de GUERRE n°1 ou un bisou. Selon mon envie).

 

Seulement voilà : Impossible de remettre la main dessus ce soir... Et l'heure qui tourne : Tic-Toc-Tic-Toc...

 

Une fois de plus, c'est le président qui me sauve, par le biais de la dernière décision de l'Elysée entendue à la radio au bulletin de 21 heures : Nicolas Sarkozy a demandé au préfet des Alpes de Haute Provence, "de prendre sous huit jours (...) un arrêté préfectoral permettant d'engager un tir de prélèvement du loup pour les zones du département où l'attaque du loup relève d'une intensité exceptionnelle".

 

couv-panache5.jpg

Chevalier Panache n° 92 - août 1960 : "Lhomme qui criait au loup". Il me semble que c'est de circonstance.

 

Au cours de sa visite, il a également annoncé qu'avec "des financements de l'Etat", seraient "mises en place des périodes de formation accélérée au permis de chasser à destination des bergers et des éleveurs", le chef de l'Etat prenant conscience des problèmes de l'élevage ovin en montagne.

Deux mesures pour permettre aux éleveurs "d'accélérer la protection des troupeaux",  écartant ainsi l'idée de "dérogations" aux lois et conventions internationales qui font du loup une espèce protégée, souligne l'AFP.

Constatant que "le loup est devenu un problème majeur pour les traditions pastorales", le président de la République a cependant insisté pour rappeler que "le loup est une espèce strictement protégée".

 

Donc si l'on fait le bilan du mois d'août : On n'aura bientôt plus une roulotte de gitans, plus d'ours et bientôt plus de loups " espèce strictement protégée".

 

C'est tout le petit cirque de Fred qui remeurt !

 

C'est bon, Nicolas tu peux t'arrêter maintenant : Tous les électeurs du Front National ont compris le message.

 

 

20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 07:11

Guerre-bandeau

 

couv-guerre6.jpg

 

 

Published by Alain Chevrel - dans GUERRE (Sgt Gâchette)
commenter cet article
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 07:45

gorak-bandeau-copie-1.jpg

 

Nous sommes le vendredi 13 août 2010... Seul vendredi 13 de l'année. La Française des Jeux ne s'y trompe pas et exploite comme à son habitude la superstition pour augmenter ses marges avec une cagnotte conséquente : 13 millions. Tout bien réfléchi, il me semble que le meilleur moyen de gagner un peu de pognon avec cette date, n'est pas d'acheter un ticket  (gros lot à 1 chance sur 14 millions), mais de retenir l'information qui suit pour pouvoir le cas échéant, répondre à la question rouge suivante du "Jeu des 1000 Euros" (celles qui valent 45 € ). Attention, c'est raide : La phobie du vendredi treize s'appelle la « paraskevidékatriaphobie ». Essayez de le dire à voix haute.

 

D'accord, 1000 euros c'est pas 13 millions, mais statistiquement, vous avez quelque chose comme 10 000 fois plus de chance de vous retrouver devant le micro de France-Inter à répondre à ce type de question... que de cocher les 6 bons numéros (Et ne me demandez pas comment j'ai calculé cette dernière statistique ou je vous casse la figure).

 

A 3 lettres près supplémentaires, le mot détrônait Anticonstitutionnellement à la place de plus long mot de la langue française. Ce que c'est de nous autres...

 

 

Je ne suis pas superstitieux pour deux sous, même si ces derniers mois, certaines voix me prêtent une durée de vie limitée à à peine deux mois à ce jour. Vous n'êtes pas au courant ? Un personnage de BD qui porte mon nom, disparaît dans l'album où il est représenté à la date du 23 septembre 2010. Je ne commente même pas. D'ailleurs je n'ai pas lu cette BD dont je ne me rappelle même plus le titre.

 

 

- Rendez-vous ici à la Saint Herman (tiens, un de mes auteurs favoris), le vendredi 24 septembre 2010, vendredi qui suit la supposée date de ma "disparition". Comme les petits malins qui s'étaient donnés rendez-vous à Paris pour démentir les prédictions de Paco Rabanne qui annonçait la chute du satellite Mir sur Paris, je vous attend avec vos commentaires à cette date, et un verre à la main devant ce même blog pour faire un apéro virtuel façon Face-Book à ma santé de survivant.

  

 

 

Passons aux choses sérieuses et qui nous intéressent d'avantage ici : Les éditions ROA.

Cette semaine, j'avais envie de revoir un vieil ami un peu négligé ces deniers mois, puisque je ne lui ai pas encore consacré une seule chronique cette année : GORAK !

 

couv-gorak4

   Couverture de GORAK n°6 - novembre 1953 - signée Gilles Kahn

(encore un frangin des Jean-François et Axel du même nom?).

 

 

Dans ce numéro, le Gorille bleu géant est capturé par Ph'ullsa, un étrange extraterrestre chasseur interplanétaire de trophée qu'il destine à sa collection d'espèces pensantes de la galaxie.

 

Et le majestueux GORAK se voit réduit à la taille d'une souris entre les mains gigantesques de Ph'ullsa. Il ne devra son salut qu'à la coordination des différents cerveaux, utilisant les intelligences de chacun pour désarmer les prisons adaptées à chaque espèce. Bel exemple d'entraide, en somme. Dans cet épisode, c'est clairement l'arrogance d'une espèce si sûre de sa supériorité qu'elle ne se méfie pas un instant de sa ménagerie intergalactique.

 

Ce n'est qu'adulte que je noterai avec beaucoup d'amusement l'aspect rosâtre et "turgescent" jusqu'à l'indécence de Ph'ullsa... dont le nom même est l'anagramme de "phallus" !

 

Aujourd'hui, GORAK reste un modèle de série fantastique/science-fiction où chaque épisode est le moyen de côtoyer une nouvelle forme de vie, et les choix de société belliqueux ou pacifiques que ces races ont adopté, choix aussi variés que leurs apparence. Ces épisodes des années 50 restent les plus inspirés de John King, dans la veine qu'empruntera John Byrne 30 ans plus tard lors de son arc sur les 4 Fantastiques piégés dans la zone négative, ou plus simplement la série nées dans les années 60 : Star-Trek.

 

A vendredi !

 

 


Published by Alain Chevrel - dans ESPACE (Gorak)
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • Alain Chevrel
  • né en 1947 (début officiel de la guerre froide, et de la fameuse affaire Roswell), je suis un enfant de l'histoire et de l'imaginaire.
  • né en 1947 (début officiel de la guerre froide, et de la fameuse affaire Roswell), je suis un enfant de l'histoire et de l'imaginaire.

Archives